FRANCE

Le gouvernement a présenté vendredi 28 septembre un budget 2013 “de combat”, selon Jean-Marc Ayrault, d’austérité “qui ajoutera de la crise à la crise” selon l’opposition. Le projet de loi de finances pour l’année prochaine prévoit en effet 10 milliards d’euros d’économies de l’Etat et, surtout, 20 milliards d’euros de prélèvements supplémentaires, par les impôts et taxes, égalements répartis entre les entreprises et les ménages. L’objectif du gouvernement est que le déficit public en 2013 ne dépasse pas les 3% du produit intérieur brut (PIB), une règle européenne.

Le cap très symbolique des 3 millions de chômeurs sans aucune activité a été franchie en août, a annoncé mercredi 26 septembre le ministère du Travail.  Un tel nombre de chômeurs n’avait pas été vu depuis 1999. En comptant les départements d’outre-mer et les personnes en activité réduite, la France compte 4,7 millions de chômeurs.

Le conseil fédéral d'Europe Ecologie-les Verts (EELV) s'est prononcé contre la ratification du traité budgétaire européen, samedi 22 septembre, par 70% des voix, en recommandant aux parlementaires écologistes de le soutenir dans cette démarche. Une position assez confortable pour les deux ministres d’EELV du gouvernement, Cécile Duflot (Logement) et Pascal Canfin (Développement), que l’UMP a aussitôt incité à démissionner.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a dû venir à la rescousse, lundi, des deux ministres en excluant leur départ. De leur côté, les écologistes se ne sont parvenus à faire front commun. Si Daniel Cohn-Bendit est favorable à la ratification, Eva Joly est montée au créneau mardi à l’antenne de RTL, lançant que “ce n'est pas parce que Cécile Duflot a une muselière que les écologistes sont en laisse.” Sans craindre la schizophrénie, les parlementaires EELV pourraient voter majoritairement contre le traité mais pour la loi organique qui en découle et qui instituera une “règle d’or budgétaire”.

La Cour de cassation a confirmé mardi 25 septembre toutes les  condamnations prononcées dans le cadre de l’affaire Erika, ce pétrolier sous pavillon maltais affrété par Total qui avait souillé 400 kilomètres de côtes atlantiques en 1999. Le groupe français, reconnu également responsable civilement – ce que n’avait pas retenu la cour d’appel en 2010 -, a été condamné à “réparer les conséquences du dommage solidairement avec ses coprévenus d'ores et déjà condamnés”.  En mai, l’avocat général avait réclamé une annulation définitive de  la procédure, arguant que la justice française n’était pas compétente puisque le navire avait sombré en-dehors des eaux territoriales françaises.

Dans les faits, la globalité des sommes dues a déjà été versée : 200,6 millions d’euros – sur lesquels Total a payé 171 millions après le jugement en première instance –  dont 13 millions d’euros pour “préjudice écologique”. Les parties civiles ont salué “une victoire totale”.

Total a en revanche été mise hors de cause dans l’affaire de l’explosion de l’usine AZF de Toulouse, qui avait entraîné la mort de 31 personnes et blessé 2 500 autres le 21 septembre 2001. La cour d’appel de la ville a condamné lundi 24 septembre l’ancien directeur de l’usine, Sergie Biechlin, à trois ans de prison, dont deux avec sursis, et 45 000 euros d’amende. Jugé responsable d’homicides involontaires “par négligence ou imprudence”, il souhaite se pourvoir en cassation. Sa société, Grande Paroisse, propriété de Total, a été condamnée à verser une amende de 225 000 euros.

La cour d’appel de Rennes a fixé mardi 25 septembre à près de 800 000 euros les indemnités de Loïc Sécher, qui en réclamait 2,4 millions. L’ancien agriculteur, accusé à tort de viols sur mineur et condamné à seize ans de réclusion criminelle en 2003, avait vu sa condamnation annulée en 2010 avant qu’il ne soit définitivement acquitté un an plus tard. Après avoir passé sept années en prison, Loïc Sécher, âgé de 51 ans, est le septième homme à bénéficier d’un acquittement en révision depuis 1945.

Libération a révélé mercredi 26 septembre que le groupe ArcelorMittal avait confirmé au gouvernement sa décision de fermer les deux derniers hauts fourneaux de Florange, à l’arrêt depuis 2011. Le gouvernement entend désormais pousser le groupe indien à céder le site aux 2 500 salariés permanents pour un euro symbolique et laisser un délai de trois mois, le temps que l’Etat se charge de trouver un repreneur. Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a promis une loi dans les “trois mois” pour obliger un industriel à céder une usine viable promise à la fermeture.

Le vice-procureur du tribunal de Cayenne a été mis en examen mercredi 26 septembre. Il est poursuivi dans l’enquête pour corruption visant déjà Michel Neyret, l’ancien numéro 2 de la police judiciaire lyonnaise. Francis Montoy, premier magistrat mis en cause, est soupçonné par les enquêteurs d'avoir fourni illégalement le contenu de deux casiers judiciaires.

 

Des milliers d’utilisateurs de Facebook ont craint que des messages privés soient subitement devenus publics, lundi 24 septembre. Le réseau social a rapidement assuré qu’il s’agissait de vieux messages, déjà visibles sur les profils de ses utilisateurs mais qui ont été mécaniquement “remontés” par les derniers changements intervenus sur le site. Le gouvernement, par la voix d’Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, et de Fleur Pellerin, ministre de l’Economie numérique, ainsi que la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), ont demandé des “investigations supplémentaires” à Facebook.

MONDE

En Syrie, l’état-major de l’armée, à Damas, a été la cible de deux attentats à la bombe, mercredi 26 septembre, revendiqués par l’Armée syrienne libre (ASL). Au moins quatre gardes ont été tués et 14 autres personnes blessées.

Coïncidence ou pas, la journée de mercredi aurait été la plus meurtrière depuis le début du conflit, en mars 2011, avec 305 morts dans tout le pays (dont 199 civils), selon le bilan dressé par l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une ONG basée à Londres.

En Libye, le président de l'Assemblée nationale, Mohamed al-Megaryef, a ordonné samedi 22 septembre la dissolution des milices armées. La veille, des dizaines de milliers de Libyens avaient manifesté à Benghazi pour protester contre ces groupes, soupçonnés de violations récurrentes des droits de l’homme depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011 et d’avoir participé à l’attaque du consulat américain de la ville début septembre. Des affrontements ont causé la mort d’au moins 11 personnes tandis que 70 autres ont été blessées.

Nakoula Basseley Nakoula, plus connu sous le pseudonyme de “Sam Bacile”, producteur présumé du film islamophobe L'Innocence des musulmans, a été arrêté jeudi 27 septembre à Los Angeles pour avoir violé sa liberté conditionnelle. Cet Egyptien copte résidant en Californie avait été condamné en 2010 pour fraude bancaire et avait été interdit d’utiliser Internet et de se servir de pseudonyme.

Des milliers d’Espagnols ont manifesté mardi 25 septembre à Madrid pour réclamer la démission du Parlement, qui a récemment adopté de nouvelles mesures d’austérité dans un pays où le taux de chômage atteint 25% (5,6 millions de personnes). Des affrontements ont éclaté avec les forces de l’ordre, qui ont arrêté 26 manifestants. Plus de 60 personnes, dont 27 policiers, ont été blessés dans les heurts.

Des affrontements entre manifestants et policiers se sont également déroulés à Athènes, en Grèce, mercredi 26 septembre. Quelque 50 000 Grecs, dont 30 000 dans la capitale, s’étaient retrouvés pour dénoncer une nouvelle fois l’austérité dont ils sont victimes. Environ 5 000 policiers avaient été déployés autour de la manifestation.

La tension monte entre la Chine et le Japon autour du sort des îles Senkaku-Diaoyu (noms japonais et chinois), 8 km², situées entre l’archipel japonais Ryukyu et le continent chinois et que les deux pays revendiquent. Pékin a vu rouge lorsque Tokyo a annoncé le 10 septembre le rachat de ces îles à un propriétaire privé. La Chine a répondu en envoyant sur place 13 navires de patrouille et en organisant des manifestations anti-nippones.

La situation s’est un peu plus compliquée cette semaine lorsque Taïwan, autonome de la Chine mais non indépendante et qui revendique elle aussi la propriété de ces îles riches en pétrole, en gaz et en poissons, a envoyé mardi 25 septembre 8 navires de garde-côtes et une dizaine de bateaux de pêche. Les autorités japonaises les ont repoussés au canon à eau. Ce même jour, la Chine a annoncé la mise en service du Liaoning, son premier porte-avions.

Au moins 9 alpinistes, dont 4 Français, ont été tués dans une avalanche au Népal, dimanche 23 septembre. Trois autres, dont 2 Français, sont portés disparus mais l’espoir de les retrouver vivants est très mince à plus de 7 000 mètres d’altitude.

Vendredi 28 septembre, toujours au Népal, c’est un avion de ligne qui s’est écrasé près de la capitale, Katmandou, causant la mort de 19 personnes, dont 7 touristes britanniques et 5 Chinois.

Des inondations et des glissements de terrain, la semaine dernière dans le nord-est de l’Inde, ont provoqué la mort d’au moins 30 personnes, ont annoncé les autorités dimanche 23 septembre. Au total, près de 2 millions d’habitants ont dû être évacués en raison des intempéries.

Une bombe a explosé au passage d’un véhicule de l’armée dans l’est de la Turquie, mardi 25 personnes, tuant 7 personnes. Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), en conflit avec Ankara, est soupçonné d’être à l’origine de cet attentat.

Le Nigeria a annoncé mardi 25 septembre avoir tué quelques jours plus tôt un chef de la secte islamiste Boko Haram, accusé d’avoir tué plus de 1 400 personnes depuis 2010. Plus de 150 membres présumés de la secte ont été arrêtés lors de l’opération de l’armée.

SPORTS

 

France 3 a révélé mardi 25 septembre l’existence d’une information judiciaire pour un possible match truqué du club de handball de Montpellier, treize fois champion de France sur les quinze dernières années. Huit joueurs, dont trois sacrés champions olympiques, et certains de leurs proches auraient parié sur leur défaite lors du dernier match de la saison, le 12 mai contre Cesson-Sévigné (qui a effectivement gagné 31-28), alors que Montpellier était déjà champion de France. Les 10 personnes concernées se seraient partagées près de 200 000 euros de gains.

Vous souhaitez en savoir plus sur un sujet ? Utilisez l’outil Google Actualités ci-dessous pour consulter des articles (cliquez sur “Paramètres” pour effectuer une recherche, qui s’affichera à droite des autres rubriques) :

Vous souhaitez être averti dès la publication des Rattrapages de l'actu ? Pour cela, il vous suffit de vous inscrire à la newsletter dans le cadre prévu à cet effet, dans la colonne de droite.

Vous souhaitez contribuer à la vie du site et soumettre une fiche d’actu ? N’hésitez pas à commenter cet article ou envoyer un mail à contact[at]verso-recto.fr.

-->

Pin It on Pinterest

Share This