(Photo : Une infirmière porte une combinaison de protection, afin de limiter la propagation du corona virus, dans un hôpital de Wuhan, en Chine, le 24 janvier 2020. Crédit : Hector RETAMAL / AFP)

Monde

Chine : un nouveau coronavirus a infecté des centaines de personnes et en a tué au moins 26 autres. Vendredi 24 janvier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’avait toujours pas décidé de déclarer une « urgence de santé publique de portée internationale » après un dernier bilan qui faisait état d’au moins 26 morts en Chine. Des cas de pneumonies d’origine inconnue se sont déclarés à la fin du mois de décembre 2019 dans la métropole chinoise de Wuhan. Son marché, où des milliers d’animaux sont vendus chaque jour, serait au cœur de l’épidémie. La transmission interhumaine a également été avérée. Le virus s’est propagé en Thaïlande, au Japon et même aux États-Unis. Trois villes chinoises, soit environ 20 millions d’habitants, et certaines sections de la Grande Muraille, ont été mises en quarantaine pour stopper la diffusion de ce virus, semblable au SRAS qui avait causé 774 décès en 2003.

Appel à un cessez-le-feu en Libye durant le sommet à Berlin. Onze pays dont la Turquie, l’Égypte, les Émirats arabes unis, la France et la Russie étaient réunis le 19 janvier dans la capitale allemande. Les participants ont exigé des sanctions contre les pays qui ne respectent pas l’embargo de l’ONU quant à la vente d’armes aux différentes parties du conflit. L’Égypte, les Émirats arabes unis et la Russie soutiennent militairement les troupes du général Haftar, et la Turquie les forces pro-gouvernementales. Les dirigeants des pays concernés se sont engagés à renoncer à toute « interférence étrangère » dans ce conflit, qui dure depuis près de 10 ans. L’ONU organisera des rencontres entre les deux camps afin d’organiser une « commission militaire » pour consolider le cessez-le-feu.

Le Liban a un nouveau gouvernement. L’universitaire et ancien ministre de l’Éducation, Hassan Diab, a pris la tête du nouveau gouvernement libanais, mardi 21 janvier, alors que le pays connaît depuis trois mois des contestations inédites. Le nouveau premier Ministre a dédié ses premiers mots au mouvement de contestation et a promis de répondre aux revendications, notamment celles liées à la corruption. Le nouveau gouvernement s’est considérablement rétréci, il compte désormais vingt ministres, contre trente auparavant. La parité est loin d’être atteinte, le nombre de femmes ministres s’élève à six. Cependant, deux femmes ont été nommées à des postes importants tels que la Défense et la Justice. Le pays a parié sur un gouvernement mixte, alliant figures proches des partis traditionnels et des visages méconnus de la scène politique. Le soir même, des Libanais mécontents de ce nouveau gouvernement sont descendus dans la rue.

En Italie, Luigi Di Maio quitte le Mouvement 5 étoiles. Mercredi 22 janvier, à quatre jours des scrutins régionaux en Émilie-Romagne et en Calabre s’annonçant désastreux pour le Mouvement 5 étoiles, Luigi Di Maio a décidé de se retirer de la direction de la formation. Il occupait ce poste depuis fin 2017. Le ministre des Affaires étrangères a cependant réaffirmé son soutien au gouvernement dans son discours, expliquant que sa décision était liée aux dysfonctionnements au sein de son propre camp. Le sénateur Vito Crimi a été nommé pour assurer l’intérim du mouvement, dans l’attente du congrès en mars 2020.

75e anniversaire de la libération d’Auschwitz. Emmanuel Macron s’est rendu en Israël, du 21 au 23 janvier. Il s’est notamment recueilli au mémorial de Yad Vashem, une première pour un Président français. Il s’est adressé à la communauté française d’Israël, puis s’est rendu aux cérémonies du 75e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, réunissant une quarantaine de dirigeants étrangers. Le président français s’est également fait remarquer en s’emportant face à des policiers, rappelant le coup de sang similaire de Jacques Chirac en 1996, entouré de soldats israéliens.

Luanda Leaks, Isabel Santos accusée de corruption massive. La milliardaire et fille de l’ex-président de l’Angola, Isabel Santos, a été formellement accusée de fraude et blanchiment d’argent, a annoncé mercredi 22 janvier le procureur général d’Angola. Ces malversations, nommées les « Luanda Leaks », ont été révélées le 19 janvier par le Consortium International des journalistes d’Investigation (ICIJ). La femme d’affaires, qui vit entre Londres et Dubaï depuis 2017, doit également répondre d’accusations de trafic d’influence, abus de biens sociaux et faux en écriture, alors qu’elle était à la tête du groupe pétrolier public Sanongol. Elle est accusée d’avoir détourné plus d’un milliard de dollars des comptes de l’entreprise. Cette dernière a nié les faits et dénoncé un « tissu de mensonges » monté pour des raisons politiques.

Élection de la première présidente en Grèce. Mercredi 22 janvier, le parlement grec a élu Ekaterini Sakellaropoulou à la présidence de la République hellénique. Présentée par le gouvernement conservateur comme la candidate de « l’unité » et du « progrès », elle est la première femme a accéder à ce poste, essentiellement honorifique. La magistrate de profession et défenseuse de l’environnement a été élue à une large majorité, à 261 voix sur 300, un score inédit pour une présidentielle en Grèce. Ekaterini Sakellaropoulo était déjà devenue la première femme à la tête de la plus haute cour du pays, en octobre 2018, sur proposition du Premier ministre grec d’alors, Alexis Tsipras.

France

Vague de démissions dans les hôpitaux. Le secteur médical est en grève depuis quelques mois pour protester contre les conditions de travail en milieu hospitalier. Mardi 14 janvier, plus d’un millier de chefs de service exerçant à Paris, Toulouse ou encore Clermont-Ferrand, ont démissionné de leurs fonctions administratives. La cheffe du service de diabétologie de la Pitié-Salpêtrière (Paris), Agnès Hartemann a exprimé, lors d’une conférence de presse, son désarroi. « Je suis amenée à faire des choses non éthiques. C’est-à-dire que le samedi et le dimanche, il n’y a qu’une infirmière pour travailler dans cette unité ». Vendredi 17 janvier, suite à une rencontre avec la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, les praticiens en sont sortis déçus. Le collectif Inter-hôpitaux a ainsi annoncé pour le 14 février, une journée « hôpital mort », où seuls les soins urgents seront assurés.

Huit ans de prison requis contre Bernard Preynat. Le ministère public, au terme d’une semaine de procès, a requis une « peine d’emprisonnement non inférieure à huit ans » à l’encontre de l’ancien prêtre du diocèse de Lyon, Bernard Preynat, poursuivi pour « atteintes sexuelles sur mineurs de 15 ans par personne ayant autorité ». Les faits se sont déroulés entre 1971 et 1991 alors que le père Preynat dirigeait de jeunes scouts. Le jugement a été mis en délibéré au lundi 16 mars. Lundi 20 janvier, les avocats du cardinal Barbarin, Maitres Soulier et Luciani, dans un communiqué, ont critiqué « les errements » de certaines parties civiles qui ont voulu lier les deux calendriers des procès du père Preynat et du cardinal Barbarin. La Cour d’appel doit rendre son arrêt à l’encontre de Mgr Barbarin le 30 janvier.

Un projet d’attentat désamorcé. Sept hommes, nés entre 1981 et 1991, ont été arrêtés lundi 20 janvier à Brest et dans le Finistère. Selon Europe 1, ils ont été interpellés par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), dans le cadre d’une information judiciaire, ouverte en décembre 2019, pour association de malfaiteurs terroristes criminels. Ces hommes, dont certains sont fichés S, sont soupçonnés d’avoir préparé un projet d’action violente en France, ainsi qu’un projet de départ vers la zone irako-syrienne.

Violences policières lors d’une manifestation des Gilets jaunes. La maire de Paris Anne Hidalgo a critiqué l’action du préfet de police de Paris, Didier Lallement, après une nouvelle scène de violence lors d’une manifestation des Gilets jaunes, le 18 janvier. Une vidéo montre un jeune homme à terre, le visage en sang, frappé par un policier. L’IGPN a été saisie de l’enquête. Dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, elle a également appelé  « à tout faire pour que la lumière soit faite sur les circonstances tragiques de l’interpellation de M. Cédric Chauviat ». Le livreur est mort d’asphyxie ainsi que d’une fracture du larynx suite à un contrôle de police. Le 14 janvier, le président de la République avait souhaité « la plus grande déontologie » de la part des forces de l’ordre sans parler pour autant de violences policières. Jeudi 23 janvier, lors de ses vœux aux forces de sécurité, la présidente de la région Ile-de-France a récusé cette dénomination de « violences policières » et a dénoncé le risque « d’affaiblir les forces qui nous protègent ».

La Manif Pour Tous redescend dans les rues contre la PMA. Dimanche 19 janvier, 41 000 manifestants sont descendus manifester dans les rues parisiennes, répondant à l’appel d’une vingtaine d’associations dont la Manif Pour Tous. Ils ont protesté contre l’adoption du nouveau projet de loi bioéthique actuellement en discussion au Sénat, et notamment contre l’article 1 qui permet d’ouvrir la PMA (procréation médicalement assistée) à toutes les femmes. Ceux qui étaient déjà dans les rues en 2013 pour manifester contre l’adoption de la loi Taubira ont rappelé, avec leur slogan : « liberté, égalité, paternité », leur attachement à la place du père. L’article 1 de la loi bioéthique a déjà été adopté par le sénat le 8 janvier. En revanche, l’article 2 sur la conservation des gamètes hors critères médicaux, a été rejeté par les sénateurs le jeudi 23 janvier.

Le journaliste Taha Bouhafs arrêté le vendredi 17 janvier au soir puis remis en liberté samedi 18 janvier.. Taha Bouhafs avait publié un tweet, vendredi soir 17 janvier, indiquant la présence du président de la République dans le théâtre où il se trouvait, et avait appelé les manifestants contre la réforme des retraites, à « l’accueillir comme il se doit ». La sortie d’Emmanuel Macron du théâtre des Bouffes du Nord avait été perturbée par des manifestants. Quelques personnes avaient réussi à pénétrer dans l’enceinte du théâtre, mais avaient été rapidement évacuées par le GSPR (Groupe de sécurité de la présidence de la République). Le parquet, qui voulait la mise en examen du reporter de 22 ans, a été débouté de sa demande par le juge d’instruction.

Les premières épreuves du nouveau bac perturbées. Lundi 20 janvier, dans certains lycées, des élèves de 1ère ont découvert les « E3C », les épreuves communes de contrôle continu du baccalauréat. Cette réforme est vivement contestée par les syndicats d’enseignants, de professeurs et de lycéens qui dénoncent la croissance exponentielle du caractère inégalitaire entre les écoles. Si certains ont tenté d’empêcher la tenue du bac, des professeurs ont, notamment, refusé de surveiller les élèves. Six écoles ont dû reporter les épreuves et une trentaine d’autres ont été perturbées. Quelques jours avant les épreuves, une proviseure d’un lycée de l’académie d’Orléans-Tours a révélé les parties de cours prévues lors de l’examen d’histoire géographie créant de fait des inégalités entre les lycéens. Face aux différentes critiques invoquées par les opposants à la réforme, le ministère de l’Éducation nationale a promis une « commission d’organisation et d’harmonisation des résultats ».

Loisirs

Un autoportrait de Vincent Van Gogh a été authentifié. Le portrait de Vincent Van Gogh, qui appartient au Musée National de Norvège à Oslo, est bien un autoportrait. Le 20 janvier, après plus de cinq années de travail, les experts du musée Van Gogh d’Amsterdam, qui font autorité en la matière, ont rendu leur verdict. De multiples indices tels qu’une lettre à son frère, Théo Van Gogh, ou l’analyse des coups de pinceaux par rayon x, les ont amené à conclure que la toile a été peinte lors de l’été 1889. Cette dernière a été réalisée alors que le peintre subissait un épisode psychotique grave. Il était alors interné dans un hôpital psychiatrique, à Saint-Rémy-de-Provence. Acquis en 1910 pour 10 000 francs, cet autoportrait a été le premier tableau de Vincent Van Gogh à entrer dans une collection publique.

Le romancier Didier Decoin à la tête de l’Académie Goncourt. Didier Decoin a été élu lundi 20 janvier 2020 à la tête de l’Académie Goncourt. Il succède à Bernard Pivot, qui avait annoncé sa démission en décembre 2019. Il occupait ce poste depuis le 7 janvier 2014. Membre de l’Académie Goncourt depuis 1995, Didier Decoin avait obtenu le célèbre prix en 1977 pour John l’Enfer. Âgé de 74 ans, il était le Secrétaire Général de cette organisation. Didier Decoin a d’abord été journaliste à France-Soir avant de collaborer avec plusieurs journaux comme Le Figaro ou Les Nouvelles Littéraires. Ce passionné des faits divers a participé aussi à la création du magazine VSD et travaillé sur Europe 1.

Les Français triomphent en ski alpin. La coupe du monde de ski alpin s’est poursuivie le week-end du 18 et 19 janvier. Côté femmes, les épreuves se déroulaient à Sestrières en Italie. La française de 24 ans, Clara Direz, a connu son premier succès en Coupe du monde. C’est la seule victoire d’une Française, après Tessa Worley, depuis 2010. Clara Direz a remporté dimanche 19 janvier le Géant parallèle. Le même jour, Clément Noël a remporté le Slalom de Wengen, en Suisse. Pour sa deuxième victoire de la saison, le jeune Français de 22 ans a battu le norvégien Henrik Kristoffersen. Leader du classement général de la Coupe du monde, ce dernier conserve son avance sur son dauphin, le Français Alexis Pinturault qui a lui aussi réalisé une deuxième place. Monté sur le podium du combiné du vendredi 17 janvier, il était accompagné d’un autre Français, Victor Muffat-Jeandet, qui lui s’est hissé à la troisième place.

Première victoire du relais français masculin en biathlon depuis 2017. Samedi 18 janvier à Ruhpolding en Allemagne, Emilien Jacquelin, Martin Fourcade, Simon Desthieux et Quentin Fillon-Maillet ont relégué leurs adversaires norvégiens à plus d’une minute. Les Français ont remporté ce relais après les trois victoires norvégiennes de la saison, mettant fin à l’anomalie. En effet, au niveau individuel, les Français dominent la saison avec les trois premières places au classement général. Le leader, Martin Fourcade, a également remporté la poursuite de Ruhpolding le 16 et 19 janvier. En revanche, il a été battu sur l’individuel de Pokljuka le jeudi 23 janvier par le norvégien Johannes Boe. Le Français Fabien Claude, a terminé troisième, signant son meilleur résultat en carrière. Il a dédié son podium à son père disparu dans un accident de motoneige au Québec, le mardi 21 janvier.

Premier titre pour le tennisman Ugo Humbert. Le jeune tennisman français de 21 ans a remporté l’ATP 250 d’Auckland, en Nouvelle-Zélande. Ugo Humbert a battu son compatriote Benoît Paire lors de la finale, dimanche 19 janvier, en 3 sets (7-6, 6-3, 7-6). Le Français a, durant le tournoi, battu Marco Cecchinato (ancien demi-finaliste de Roland-Garros), Denis Shapovalov (numéro 13 mondial) et John Isner (numéro 19 mondial). Les deux Français ont progressé au classement ATP, Benoît Paire prenant la 21e place et Ugo Humbert la 43e, avec une progression de 13 places. Le jeune Français n’a cependant pas confirmé, se faisant éliminer au 1er tour de l’Open d’Australie par le local John Millman (47e mondial). Gaël Monfils, numéro 1 français, était, vendredi 24 janvier, le dernier Français en lice dans le premier tournoi du Grand Chelem.

Paris – Lyon pour la dernière finale de Coupe de la Ligue. Le Paris Saint-Germain et l’Olympique Lyonnais se sont qualifiés pour la dernière finale de la coupe de la Ligue, qui aura lieu le samedi 4 avril 2020 au Stade de France. Le club lyonnais s’est qualifié aux dépens de Lille le mardi 21 janvier. Le LOSC avait emmené l’OL à la séance de tirs aux buts après une égalité (2-2). Avec les loupés des lillois Jonathan Bamba et Renato Sanches, Lyon a remporté la séance 4-3. Le lendemain, le PSG les a rejoint en finale en battant le Stade de Reims 3-0, en Champagne. Les Parisiens auront l’occasion d’aller gagner une 9e Coupe de la Ligue, sur les 26 éditions. Ce sera la dernière édition de cette compétition, comme l’avait annoncé la Ligue de football professionnel (LFP) en septembre 2019.

Zone interdite a diffusé une enquête choc sur les défaillances de l’Aide sociale à l’enfance (ASE). Dimanche 19 janvier, le magazine de M6 a dévoilé une enquête réalisé par le journaliste Jean-Charles Doria. Pendant huit mois, son équipe et lui-même se sont facilement infiltrés dans les foyers de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), afin d’en révéler les failles. Professionnels débordés, parfois violents, désemparés face au manque de moyens financiers et humains, les enfants placés se retrouvent dans des situations qui les mettent directement en danger. Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de la protection de l’Enfance, a annoncé à travers un communiqué son « émotion » ainsi que des mesures immédiates telle que le renforcement des contrôles.

Décès du critique gastronomique Sébastien Demorand. Sébastien Demorand est décédé lundi 21 janvier 2020 à l’âge de 50 ans, des suites d’une longue maladie provoquée par le cancer. Le critique et journaliste culinaire s’est fait connaître du grand public pour avoir été juré de l’émission Masterchef de 2010 à 2013, sur TF1. Sébastien Demorand se définissait sur les réseaux sociaux comme « un chroniqueur bistronomique en préretraite », un condensé de « bistrot » et « gastronomie ».

 

Pin It on Pinterest

Share This