Je vous souhaite, à tous et à toutes, une très bonne année 2012 ! Une nouvelle année qui s’annonce chargée en actualité, dont je m’efforcerai de continuer à vous donner l’essentiel chaque semaine. Meilleurs voeux !

Alexandre

Avec le 1er janvier sont intervenues de multiples hausses de prix. Une des raisons est le passage du taux réduit de la TVA, de 5,5% à 7%, sur la restauration, l’hébergement, les travaux à domicile, les services à la personne et les livres. Contenu dans le plan de rigueur du gouvernement, le doublement de la taxe sur les contrats de santé (de 3,5% à 7%) a lui aussi entraîné une hausse des tarifs. Le gaz a connu une nouvelle hausse, de 4,4% (lire la liste complète de ce qui a changé au 1er janvier).

Mais c’est surtout la hausse des tarifs de la SNCF qui a fait parler : +3,2% en moyenne sur les billets de TGV et de TER. La SNCF justifie cette augmentation par la hausse de la TVA réduite. La gauche a dénoncé un “nouveau coup dur porté au pouvoir d’achat des Français”.

Lors de ses traditionnels voeux du 31 décembre, Nicolas Sarkozy a (ré)ouvert la voie à une “TVA sociale, où les cotisations salariales et/ou patronales sont allégées en contrepartie d’une hausse de la TVA. L’idée avait déjà été soulevée par l’UMP en 2007, mais avait été sanctionnée dans les urnes par la perte de plusieurs sièges à l’Assemblée nationale.

Cette fois, le gouvernement veut aller vite malgré des désaccords en son sein. Le Premier ministre, François Fillon, a annoncé jeudi 5 janvier que les modalités seraient définies avant fin janvier et que la réforme serait soumise au Parlement “en février”. Les syndicats et la gauche se sont prononcés fermement contre le projet, affirmant que la “TVA sociale” pénaliserait encore davantage le pouvoir d’achat des Français et n’avantagerait que les employeurs. Le syndicat patronal Medef, lui, a salué l’annonce.

Le gouvernement a également accéléré sur le dossier SeaFrance. Il a demandé à la SNCF, lundi 2 janvier, d’aider les salariés de la compagnie maritime en liquidation, filiale du groupe ferroviaire, à reprendre leur entreprise à l’aide de leurs indemnités de licenciement. Une solution rejetée par les syndicats de SeaFrance, de même que la proposition de reclassement des salariés par la SNCF. Devant ce refus, le gouvernement a demandé un plan de travail aux syndicats pour tenter de trouver une solution. L’horizon s’assombrit pour la compagnie, d’autant plus que les méthodes de la CFDT de l’entreprise sont pointées du doigt.

Les prothèses mammaires PIP sont elles aussi pointées du doigt et le scandale prend de l’ampleur. Retirées du marché en 2010, certaines d’entre elles pourraient être à l’origine de cancers, voire de la mort d’une patiente française en novembre. Depuis, les recommandations se multiplient à l’étranger pour les 400 000 à 500 000 femmes porteuses de ces prothèses dans le monde. En France, où 30 000 femmes sont concernées et où 2 400 plaintes ont été déposées, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a conseillé de retirer les prothèses, affirmant qu’”aucun élément ne laisse penser qu’il y ait eu de bonnes prothèses PIP”.

La société PIP, en faillite depuis mars 2010, est au coeur de la polémique. Dans un procès-verbal d’audition en octobre révélé par l’AFP cette semaine, Jean-Claude Mas, le sulfureux fondateur de PIP, a assumé avoir utilisé un gel non homologué pour remplir les prothèses : “Je l’ai sciemment fait car [il] était moins cher, et de bien meilleure qualité », a-t-il déclaré, assurant qu’il était sans risque pour la santé.

Un autre escroc, américain celui-là en la personne de Bernard Madoff, fait des émules en France : l’une d’entre elles a été arrêtée le 27 décembre en Indre-et-Loire. Sylviane Hamon, 49 ans, ancienne salariée de la BNP, est accusée d’avoir réussi à soutirer plus de 3 millions d’euros à ses victimes. Mise en examen pour abus de confiance, elle aurait fait miroiter à plusieurs clients des placements aux taux mirobolants et de s’être livrée à la “cavalerie financière” (quand les premiers investisseurs sont payés par les capitaux des nouveaux arrivants). Le 30 décembre, une tentative d’incendie criminel de sa demeure a relancé l’appétence des médias pour cette affaire.

Bernard Madoff votera-t-il pendant la primaire républicaine pour les élections présidentielles aux Etats-Unis ? Ces derniers ont débuté dans l’Etat de l’Iowa, mardi 3 janvier. L’ancien gouverneur du Massachusetts, Mitt Romney, a remporté d’extrême justesse cette première étape d’un marathon qui conduira les Républicains à l’investiture officielle, en août, de l’adversaire de Barack Obama.

Mitt Romney a obtenu… huit voix de plus que l’ultraconservateur Rick Santorum, surprise de ce scrutin. Arrivée sixième, la seule femme candidate, Michele Bachmann, égérie du mouvement Tea Party et qui s’était faite remarquer par ses bourdes, s’est retirée dès mercredi de la course.

Au moins, les primaires républicaines américaines sont -a priori- totalement transparentes, contrairement aux élections en Russie. Entre 29 000 et 120 000 personnes, selon les estimations, ont manifesté, samedi 24 décembre, dans les rues de Moscou pour dénoncer une nouvelle fois les fraudes qui ont entaché le scrutin législatif du 4 décembre. Le Premier ministre et candidat à l’élection présidentielle du 4 mars 2012, Vladimir Poutine, a balayé les accusations, affirmant qu’il n’avait “besoin d’aucune tricherie” pour gagner les élections. Il a opéré un léger remaniement du gouvernement pour préparer “l’échange de postes” avec le président Dmitri Medvedev, nommant notamment Vladislav Sourkov, détesté par l’opposition, comme vice-Premier ministre.

En Hongrie, le président Viktor Orban est lui aussi très critiqué, non pas pour son accession au pouvoir, mais pour avoir fait adopter la nouvelle Constitution très controversée qui est entrée en vigueur, dimanche 1er janvier. Le texte transforme la “République de Hongrie” en “Hongrie”, supprime l’indépendance de la Banque centrale hongroise ou encore réduit les contre-pouvoirs dans le but avoué de “restaurer l’ordre moral” (lire le texte de la “Loi fondamentale”). Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté, lundi.

De nombreuses critiques se sont élevées contre la dérive autoritariste du pouvoir hongrois mais l’Union européenne a peu de moyens d’action. A la crise politique s’ajoute une crise financière, aggravée par la faiblesse du forint face à l’euro.

Mais l’euro voit lui aussi arriver d’autres monnaies derrière lui. Le Brésil est devenu en 2011 la sixième économie mondiale, devant le Royaume-Uni, selon une étude du Centre d’études économiques et d’affaires britannique (CEBR) publiée lundi 26 décembre. Brasilia talonne désormais la France.

Peu après avoir salué cette annonce et fêté la nouvelle année, le Brésil a été endeuillé par des glissements de terrain, mardi 3 janvier dans l’Etat du Minas Gerais (sud-est du pays). Au moins sept personnes ont été tuées et une autre portée disparue.

Les Philippines ont elles aussi subi des glissements de terrain, jeudi 5 janvier, encore plus meurtriers : au moins 25 personnes ont été tuées et au moins 150 autres disparues sur l’île de Mindanao, au sud de l’archipel. A la mi-décembre, les Philippines avaient déjà été frappées par des inondations, dont le dernier bilan, revu à la hausse, porte à plus de 1 450 le nombre de morts.

Comme aux Philippines, de nombreux habitants du Nigeria sont chrétiens. Mais ils sont visés depuis plusieurs semaines par des violences interreligieuses. Une vague d’attentats a frappé des églises dans plusieurs villes du pays, samedi 24 et dimanche 25 décembre. Au moins 44 personnes ont été tuées dans ces attaques revendiquées par la secte islamiste Boko Haram. Face à la montée d’un climat anti-chrétien, le président nigérian, Goodluck Jonathan, a déclaré l’état d’urgence dans le nord-est et le centre-ouest du pays.

En réponse, Boko Haram a lancé le 1er janvier un ultimatum de trois jours aux chrétiens du nord du Nigeria, leur intimant de quitter la région. Avant de mettre sa menace à exécution : au moins 36 personnes ont été tuées par la secte islamiste, jeudi et vendredi.

La religion joue aussi un rôle en Syrie dans les rivalités entre les ethnies, mais c’est moins elle que la répression des forces du président Bachar al-Assad qui poussent progressivement le pays vers la guerre civile. Un attentat suicide a tué au moins 26 personnes et blessé 63 autres, vendredi 6 janvier à Damas, la capitale du pays. Le régime et l’opposition se sont mutuellement accusés d’être à l’origine de l’attaque, compliquant un peu plus la tâche de la mission d’observation de la Ligue arabe, déjà face à de nombreux obstacles.

Pendant ce temps, le monde continue de tourner, et les hommes de tourner autour du monde. Le navigateur français Loïck Peyron et son équipage ont battu, vendredi 6 janvier, le record du tour du monde à la voile (Trophée Jules-Verne), en 45 jours, 13 heures et 42 minutes, loin devant le record du Français Franck Cammas établi en mars 2010 (48 jours, 7 heures et 44 minutes). Plusieurs milliers de personnes étaient rassemblées pour les accueillir à Brest, vendredi soir.


EN BREF

En France…

  • Le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a présenté mercredi 4 janvier une nouvelle circulaire assouplissant les règles de délivrance des permis de travail aux étudiants étrangers récemment diplômés d’un master (bac+5) en France. Le gouvernement faisait face à une vive protestation depuis une première circulaire, très restrictive, datée du 31 mai. Le “Collectif du 31 mai” a rejeté la nouvelle circulaire, qu’il juge “arbitraire”, demandant le retrait pur et simple du premier texte.

  • Plusieurs syndicats d’agents de sûreté aéroportuaires et leur patronat ont trouvé un accord, lundi 26 décembre, mettant fin à onze jours de grève dans plusieurs aéroports français, notamment Roissy-Charles-de-Gaulle et Lyon Saint-Exupéry. Les agents, qui demandaient une hausse de 200 euros de leurs salaires, ont obtenu une prime de 1 000 euros et l’étalement sur quatre mois des retenues de salaire des jours de grève.

Dans le monde…

  • L’indépendance acquise en juillet dernier n’aura pas mis fin aux turpitudes du Sud Soudan. Plus de 3 000 victimes ont été recensés début janvier à la suite de luttes inter-ethniques dans la province orientale de Jonglei. 50 000 personnes environ sont actuellement affectées par la crise, une opération humanitaire de l’ONU est en cours pour leur apporter de l’aide.

  • La peine de mort a été requise contre Hosni Moubarak, l’ancien “raïs” déchu d’Egypte, jeudi 5 janvier. Diminué et alité, l’ancien dirigeant comparaît pour la corruption de son régime et son attitude lors de la répression du soulèvement du printemps, pendant lequel environ 850 personnes ont perdu la vie. Selon certains observateurs, la sévérité du réquisitoire ne serait, pour l’armée actuellement au pouvoir, qu’un prétexte pour apaiser les opposants au nouveau régime. Plusieurs morts ont été dénombrés depuis le début de leurs manifestations le 18 novembre sur l’emblématique place Tahrir du Caire.

  • En Irak, une série d’explosions a frappé des quartiers chiites de Bagdad, jeudi 5 janvier, tandis qu’un kamikaze s’est fait exploser dans un groupe de pèlerins chiites dans le sud du pays. Au total, au moins 68 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées. Lundi 26 décembre, c’est un attentat suicide contre le ministère de l’Intérieur qui avait tué au moins cinq personnes. L’attaque a été revendiquée par Al-Qaida.

  • Trente-huit migrants haïtiens sont morts dans le naufrage de leur embarcation, dimanche 25 décembre au large de Cuba. Quatre-vingt-sept autres personnes ont pu être secourues.

  • Huit soldats de l’Otan ont été tués, jeudi 5 et vendredi 6 janvier, dans trois attaques dans le sud de l’Afghanistan.

Dans les sports…

  • Pour avoir manqué à plusieurs reprises aux obligations de localisation des contrôles antidopage, le cycliste français Grégory Beaugé a été déchu de ses deux titres mondiaux de vitesse et par équipe. Suspendu rétroactivement un an, du 23 décembre 2010 au 22 décembre 2011, le 8 novembre par la Fédération française de cyclisme (FFC), cette décision a été validée vendredi 6 janvier par l’Union cycliste internationale (UCI).

  • Annoncé par plusieurs médias comme recrue du Paris Saint-Germain, le célèbre footballeur britannique David Beckham a finalement décidé, mardi 3 janvier, de rester dans son club de Los Angeles, “pour des raisons familiales”. L’épisode a marqué par l’emballement médiatique qui a entouré la possible venue du joueur, alors que rien n’était encore fait.

  • La saison de NBA, championnat américain de basket-ball, a commencé dimanche 25 décembre, avec cinq mois de retard. En cause, le “lock-out”, blocage des négociations financières entre syndicats de joueurs et de patrons. Un accord avait finalement été trouvé le 26 novembre.

Vous souhaitez être averti dès la publication des Rattrapages de l’actu ? Pour cela, il vous suffit de vous inscrire à la newsletter dans le cadre prévu à cet effet, dans la colonne de droite.

-->

Pin It on Pinterest

Share This