Un très violent tremblement de terre a frappé le Japon, vendredi dernier. D’une magnitude de 8,9 sur l’échelle ouverte de Richter, il a déplacé l’archipel de 2,40 mètres ; c’est le plus violent de l’histoire du pays. Le séisme a été suivi peu après d’un immense raz-de-marée qui a dévasté une grande partie de la côte nord-est du Japon et rayant plusieurs villes de la carte. Les images sont impressionnantes et le nombre de victimes, au moins 6 500 morts, reste provisoire car quelque 10 000 autres personnes sont toujours portées disparues. Les survivants, eux, manquent de vivres et sont dans une situation humanitaire difficile. De nombreuses répliques ont secoué le pays dans les jours suivants.

 

Mais après le séisme et le tsunami, c’est maintenant une crise nucléaire que doit affronter le Japon car des centrales ont été sérieusement endommagées par la catastrophe naturelle. Plusieurs explosions ont secoué la centrale de Fukushima Daiichi, provoquant une hausse importante de la radioactivité dans les environs. Des réacteurs sont entrés en fusion en raison de la panne du système de refroidissement et ont relâché de grandes quantités de particules radioactives dans l’atmosphère. Les piscines de refroidissement, elles, menacent d’être à sec et de provoquer de violents incendies.

 

 

Un nuage radioactif s'est échappé de la centrale de Fukushima (daveeza/Flickr)

 

La situation s’est stabilisée jeudi mais les Japonais tentent toujours de refroidir les réacteurs et la gravité de l’accident a été classée de niveau 5 sur une échelle de 7. On évoque maintenant la possibilité de recouvrir la centrale sous un sarcophage de béton. Autour de la centrale de Fukushima, la population a été évacuée dans un rayon de vingt kilomètres. Inquiets du risque d’un nouveau Tchernobyl, de nombreux ressortissants étrangers ont quitté le pays tandis que les Japonais restent globalement calmes.

 

La crise nucléaire au Japon a relancé le débat sur cette énergie, dans le monde et notamment en France, où 75% de l’électricité est d’origine nucléaire. Le gouvernement a réaffirmé son soutien au nucléaire malgré les mises en garde des associations écologistes et de l’opposition avant d’annoncer des contrôles dans les réacteurs du pays. De son côté, l’Union européenne va également contrôler une centaine de centrales. L’Allemagne va fermer sept réacteurs mais la chancelière, Angela Merkel, exclut d’abandonner totalement l’énergie nucléaire. La Chine, elle, a suspendu la construction de nouveaux projets.

 

En Libye, les insurgés, à la peine devant l’avancée des troupes de Mouammar Kadhafi, devraient bientôt recevoir une aide militaire étrangère. Jeudi soir, l’ONU a adopté une résolution autorisant une zone d’exclusion aérienne pour protéger les civils, un projet notamment soutenu par la France. Quelques heures avant le début des frappes militaires, le pouvoir libyen a proclamé un cessez-le-feu… qu’il ne semble pas respecter.

 

Kadhafi est sous le coup d'une intervention militaire internationale (Ammar Abd Rabbo/Flickr)

 

Quoi qu’il en soit, l’initiative a un peu plus tendu les relations entre la France et le dirigeant libyen, dont un des fils a affirmé avoir soutenu financièrement la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Une accusation aussitôt balayée par le gouvernement français.

 

La Côte d’Ivoire est, elle aussi, proche du conflit armé. Un marché d’Abidjan a été le théâtre d’un véritable massacre, jeudi. Des partisans de Laurent Gbagbo ont tiré des obus sur un quartier dévoué à Alassane Ouattara, élu lors de la dernière élection présidentielle. L’ONU a condamné ces « crimes contre l’humanité ». De violents affrontements avaient émaillés les jours précédents. Les violences post-électorales ont fait plus de 400 morts depuis fin 2010.

 

Les combats font toujours rage au Sud-Soudan entre l’armée sudiste et des groupes rebelles, faisant 70 morts en deux jours. Le Sud a accusé le Nord de soutenir les rebelles et a suspendu les négociations sur l’indépendance du Sud-Soudan.

 

Les armes ont aussi parlé au Yémen. Au moins 46 manifestants ont été tués, vendredi, par des partisans du président Ali Abdullah Saleh. Ce dernier a décrété l’état d’urgence après cette journée, la plus meurtrière depuis le début de la contestation contre le pouvoir en place.

 

Etat d’urgence également au Bahreïn, où la répression policière s’est accentuée contre les manifestants qui contestent la dynastie des Al Khalifa. Au moins huit personnes ont été tuées lors de la dispersion du campement sur la place de la Perle, à Manama. Une place qui a perdu son monument symbole de la contestation, rasé vendredi par l’armée.

 

Les manifestants bahreïnis ont été violemment réprimés cette semaine (malyousif/Flickr)

 

La Syrie a, elle, connu ses premières manifestations cette semaine. Quatre personnes ont été tuées et des centaines d’autres blessées par les forces de l’ordre dans plusieurs villes du pays.

 

En France, le licenciement par Renault de trois cadres soupçonnés d’espionnage s’est définitivement retourné contre le constructeur automobile, cette semaine. Le numéro 2 de la sécurité du groupe, Dominique Gevrey, a été mis en examen pour escroquerie après que les accusations contre les cadres se sont avérées totalement fausses : leurs prétendus comptes bancaires à l’étranger n’existent pas. Renault a blanchit ses trois ex-salariés et a promis « réparation ». Carlos Ghosn, le PDG critiqué du groupe, a refusé la démission de son directeur général.

 

A peine nommé et déjà une polémique à son actif. Claude Guéant a provoqué de vives réactions cette semaine, en déclarant tout d’abord au Monde que « les Français veulent que la France reste la France » à propos de l’immigration. Puis, sur Europe1, en affirmant que les Français « ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux » à cause d’une « immigration incontrôlée ». Une association a annoncé qu’elle allait porter plainte pour provocation à la haine.

 

« Depuis le temps qu’ils le disent, qu’ils le… par Europe1fr

Malheureusement, ce n’est pas du côté des sports que l’on trouve de quoi sourire en ce moment. En football, il n’y a plus aucun club en Coupe d’Europe. En huitièmes de finale de Ligue des champions, l’Olympique de Marseille s’est incliné à Manchester United (1-2) mardi, avant que l’Olympique Lyonnais ne soit largement battu à Madrid face au Real, mercredi (0-3).

 

Jeudi, c’est le Paris Saint-Germain qui a été éliminé des huitièmes de finale de la Ligue Europa. Battus au match aller (1-2), les Parisiens n’ont pas réussi à battre les Portugais du Benfica Lisbonne (1-1).

 

Et en rugby, cela ne va guère mieux. Le XV de France s’est inclinée contre l’Italie pour la première fois dans le Tournoi des six nations, samedi dernier à Rome (21-22). Les Bleus ont ainsi perdu tout espoir de remporter la compétition. Afin de « repartir de zéro », le sélectionneur, Marc Lièvremont, a écarté dès dimanche six « anciens » du groupe, dont le médiatique joueur Sébastien Chabal. Le tout dans une ambiance très tendue

 


   

 

EN BREF

 

 

En France…

 

 

  • Le constructeur européen Airbus a été mis en examen pour « homicide involontaire » lors du crash du vol Rio-Paris, jeudi. La compagnie aérienne Air France pourrait elle aussi être poursuivie.

 

 

  • De fortes intempéries se sont abattues dans le sud de la France, en début de semaine. Elles ont notamment touché les Pyrénées-Orientales, où deux automobilistes sont morts, piégés dans leurs voitures.

 

 

 


   

 

Dans le monde…

 

 

 

 

 


   

 

Dans les sports…

 

 

 


Vous souhaitez être averti dès la publication des Rattrapages de l’actu ? Pour cela, il vous suffit de vous inscrire à la newsletter dans le cadre prévu à cet effet, dans la colonne de droite.

-->

Pin It on Pinterest

Share This