Monde

En Syrie, la vaste offensive de l’armée contre Homs, foyer de la contestation, s’est poursuivie cette semaine, causant plus de 300 morts dans la population, tandis qu’en parallèle les militaires lançait un nouvel assaut contre Deraa, dans le sud du pays. Et ce malgré l’apaisement de façade par le régime de Bachar Al-Assad, qui a annoncé mercredi 15 février un référendum sur une nouvelle Constitution, en mars.

Les opposants au régime de Bachar Al-Assad ont reçu samedi 11 février le soutien encombrant du chef d’Al-Qaida, Ayman al-Zawahiri. Dans un projet de résolution déposé dimanche 12 février, la Ligue arabe a demandé à l’ONU l’envoi de casques bleus dans le pays, une solution catégoriquement rejetée par Damas. Devant le refus annoncé de la Russie et de la Chine à cette force de maintien de la paix, la Ligue arabe n’a pas caché son intention d’armer l’opposition syrienne. Malgré ces refus russes et chinois, une résolution condamnant la répression en Syrie a été adoptée jeudi par l’Assemblée générale de l’ONU (où il n’y a pas de veto).

Deux ambassades d’Israël ont été frappées par des attentats, lundi 13 février, en Inde et en Géorgie, tandis qu’une tentative a échoué en Thaïlande, où deux Iraniens ont été arrêtés. Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a aussitôt mis en cause le régime iranien, “le plus grand propagateur de terrorisme dans le monde”, alors que Tel-Aviv est de plus en plus suspecté de vouloir lancer prochainement des raids aériens sur l’Iran.

En Grèce, le Parlement a adopté dimanche 12 février un nouveau plan d’austérité drastique destiné à éviter la faillite du pays. Il prévoit notamment une diminution de 22% du salaire minimum, la suppression de 15 000 postes de fonctionnaires, des privatisations et des coupes budgétaires.

Manifestation contre l'austérité en Grèce, le 12 février 2012 (Matthew Chance/Twitter)

Au même moment, entre 80 000 et 100 000 personnes manifestaient devant le Parlement à Athènes pour protester contre ce plan. La fin de la manifestation a été émaillée par de violents affrontements avec les forces de l’ordre.

Le gouvernement d’union nationale, dirigé depuis novembre par Lucas Papademos, a annoncé que des élections législatives anticipées se tiendront en avril.

Le président de la République fédérale d’Allemagne, Christian Wulff, a démissionné vendredi 17 février, au lendemain de la décision du parquet de Hanovre de réclamer la levée de son immunité. Il est soupçonné de corruption avec un prêt à un taux préférentiel accordé par un homme d’affaires. Un nouveau président devra être élu par l’Assemblée fédérale.

Deux milliardaires, anciens responsables de la société suisse productrice d’amiante Eternit, ont été condamnés à seize ans de prison et plus de 60 millions d’euros, lundi 13 février, par le tribunal de Turin, en Italie. Ils été reconnus coupables de ne pas avoir mis en place de précaution particulière contre les effets de cette substance fibreuse (interdite depuis 1992 en Italie et 1997 en France), entraînant la mort de quelque 3 000 personnes en vingt ans. Cette condamnation a relancé les espoirs des victimes françaises de l’amiante.

 

France

La société américaine de produits chimiques Monsanto a été jugée “responsable”, lundi 13 février à Lyon, de l’intoxication à l’herbicide d’un agriculteur français en 2004, une première dans l’histoire du droit environnemental. Monsanto, connue pour ses nombreux scandales sanitaires, a fait appel de cette condamnation.

Une défaite judiciaire pour une victoire : Monsanto a remporté son procès contre José Bové et sept autres faucheurs de maïs OGM, qui ont été condamnés jeudi 16 février, en appel, à verser plus de 173 700 euros à la firme américaine ainsi qu’à l’agriculteur propriétaire des parcelles détruites en 2008.

Sans surprise, Nicolas Sarkozy s’est officiellement déclaré candidat à sa réélection, mercredi 15 février sur TF1. Le président de la République a appelé à “une France forte” (son slogan de campagne) et a déclaré vouloir “redonner la parole au peuple français par le référendum”.

Le chef de l’Etat a évidemment été salué par l’UMP tandis que les autres candidats à l’élection présidentielle ont balayé ce “non-événement” et ont de nouveau dénoncé le bilan de Nicolas Sarkozy à l’Elysée.

Avant même cette annonce, Nicolas Sarkozy avait reçu lundi 13 février le soutien de Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate, qui renonçait ainsi à sa propre candidature (créditée d’entre 0 et 1% d’intentions de vote dans les sondages) après avoir longtemps émis des critiques acerbes sur le chef de l’Etat.

Jeudi 16 février, c’est Hervé Morin, le président du Nouveau centre, qui a annoncé renoncer à sa candidature (elle aussi créditée d’entre 0 et 1% d’intentions de vote dans les sondages) et se rallier à Nicolas Sarkozy.

En annonçant que la France a évité la récession en 2011, l’Insee a dû soulager Nicolas Sarkozy. Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques, le produit intérieur brut (PIB) français a crû de 1,7% l’année dernière, soit quasiment les prévisions (1,75%) du gouvernement, situant la France dans le peloton de tête des économies européennes.

Ca, c’était les bonnes nouvelles pour Nicolas Sarkozy. Mais le président de la République et sa majorité ont connu quelques déconvenues cette semaine. Par le “couac” de la “TVA sociale”, d’abord : cette mesure, qui prévoit notamment l’augmentation de la TVA de 19,6% à 21,2% et annoncée par le chef de l’Etat fin janvier… a été rejetée en commission des finances de l’Assemblée nationale, lundi 13 février, en raison d’un nombre insuffisant de députés UMP présents. Cette déconvenue n’a été que passagère : la “TVA sociale” et la taxe sur les transactions financières (0,1% sur les échanges d’actions de sociétés françaises dont la capitalisation boursière dépasse le milliard d’euros) ont tout de même été adoptées par l’Assemblée mercredi.

L’autre déconvenue de la majorité cette semaine, c’est la polémique qu’a suscité Christian Vanneste, mercredi 15 février, après la révélation d’une nouvelle sortie contre les homosexuels. Dans une vidéo publiée sur le site Libertepolitique.com, le député UMP du Nord a dénoncé le “bourrage de crâne” exercé par le “lobby médiatique gay”, en citant comme exemple “la fameuse légende de la déportation des homosexuels” en France pendant la Seconde Guerre mondiale – alors que plusieurs dizaines d’homosexuels français ont bien été déportés par les nazis.

L’UMP a aussitôt retiré l’investiture de Christian Vanneste dans le Nord pour les prochaines élections législatives avant d’annoncer une procédure d’exclusion à son encontre.

EN BREF

 

En France…

  • L’ancien président du Front national, Jean-Marie Le Pen, a été condamné à trois mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende, jeudi 16 février, par la cour d’appel de Paris. Il a été reconnu coupable de “contestation de crimes contre l’humanité” après avoir estimé en 2005 que “l’occupation [n’avait] pas été particulièrement inhumaine”. Jean-Marie Le Pen a annoncé son intention de se pourvoir en cassation.

  • Le groupe français de cosmétique L’Oréal a annoncé lundi 13 février le départ de Liliane Bettencourt de son conseil d’administration. Elle a été remplacée par son petit-fils, Jean-Victor Meyers, qui est en charge de la tutelle de l’héritière du groupe, 89 ans, depuis octobre 2011.

  • La comédienne française Sophie Desmarets, notamment connue pour avoir joué la Fleur de cactus de Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy, est morte lundi 13 février à l’âge de 89 ans.

Dans le monde…

  • Le film français The Artist a décroché 7 Bafta, équivalent britannique des Césars, dimanche 12 février, dont celui du meilleur, du meilleur acteur pour Jean Dujardin et du meilleur réalisateur pour Michel Hazanavicius.

Dans les sports…

 

Vous souhaitez être averti dès la publication des Rattrapages de l’actu ? Pour cela, il vous suffit de vous inscrire à la newsletter dans le cadre prévu à cet effet, dans la colonne de droite.

-->

Pin It on Pinterest

Share This