François Asselineau

« Les pays qui se portent le mieux en Europe sont l’Islande, la Suisse et la Norvège, qui sont hors de l’UE »

Rester hors de l’Union européenne est-il synonyme de bonne santé économique ? C’est en tout cas ce qu’a avancé François Asselineau, en affirmant que l’Islande, la Suisse et la Norvège sont les pays qui se portent le mieux en Europe sans être membres de l’UE. En réalité, des pays de l’Union affichent sensiblement les mêmes résultats économiques que ces trois pays. Et parfois même meilleurs.

 

LE CONTEXTE

François Asselineau, candidat de l’Union populaire républicaine (UPR), était l’invité de l’émission « Les 4 Vérités » vendredi 17 mars, sur France 2. Son programme se caractérise notamment par une critique forte de l’Union européenne et de l’euro. Selon lui, la France est contrainte par des traités européens et par des politiques dont « les Français ne veulent pas ». Pour défendre la sortie de l’Union européenne, « possible » et « nécessaire », il a ainsi affirmé que « les trois pays qui se portent le mieux dans l’Europe occidentale sont l’Islande, la Suisse et la Norvège, qui justement ont refusé d’entrer dans l’Union européenne ».

L’EXPLICATION

Pour François Asselineau, ne pas faire partie de l’Union européenne serait synonyme de bonne santé économique. Pour appuyer son propos, il donne notamment l’exemple de trois pays : la Suisse, la Norvège et l’Islande. Plusieurs indicateurs existent et permettent de déterminer la performance économiques des États : le taux de chômage, le PIB par habitant, le taux de croissance ou encore le taux de pauvreté.

Le chômage

Selon Eurostat, l’Islande, la Suisse et la Norvège font partie des cinq pays avec les taux de chômage les plus bas en Europe. Alors que le chômage dans la population active est en moyenne de 8,5 % dans l’Union européenne, la Norvège affiche un taux de 4,7 %, la Suisse de 3,4 % et l’Islande de 3 %. Mais plusieurs pays de l’UE affichent des résultats similaires : la République tchèque, l’Allemagne, Malte et le Royaume-Uni ne dépassent pas non plus les 5 %.

PIB par habitant

Le PIB par habitant mesure le niveau de vie des habitants d’un pays et là encore, cet indicateur place l’Islande, la Suisse et la Norvège en haut du classement. En Suisse, le PIB par habitant s’élève à plus de 80 000 $ et à 74 400 $ en Norvège, soit plus du double de la moyenne européenne (32 000 $). En Islande, le PIB par habitant est aussi plutôt élevé (50 000 $) par rapport à certains pays de l’UE. C’est cependant le Luxembourg, pays membre de l’Union, qui a le PIB par habitant le plus important, puisqu’il dépasse les 100 000 $. De plus, la Suède et le Danemark, qui sont dans l’UE, ont un PIB par habitant plus important que l’Islande.

Croissance du PIB

La croissance économique désigne la variation de la production de biens et de services dans un pays d’une année sur l’autre. Par rapport aux pays membres de l’UE, les pays hors Union dont parle François Asselineau n’ont pas tous des taux de croissance très élevés. Selon la Banque mondiale, la Norvège et la Suisse sont même en-dessous de la moyenne de l’Union européenne en 2015 (2,22 %), avec respectivement des croissances de leur PIB de 1,61 % et 0,84 %. L’Islande a, elle, une croissance plus élevée que la moyenne de l’UE (3,96 %), mais moins élevée que certains pays membres de l’Union.

Taux de pauvreté

L’Islande est le pays d’Europe avec le taux de pauvreté le moins élevé : elle compte 7,9 % de pauvres, contre 17 % en moyenne dans l’Union européenne. Suivent la République tchèque et la Norvège. Avec presque 14 % de pauvres, la Suisse fait moins bonne figure et affiche un taux plus élevé qu’en France, en Finlande, en Slovaquie, au Danemark et aux Pays-Bas.

Ces indicateurs montrent que la Norvège, la Suisse et l’Islande sont globalement des pays en bonne santé économique. Cependant, plusieurs pays appartenant à l’Union européenne affichent des résultats équivalents dans plusieurs critères (Allemagne, République tchèque, Danemark ou Luxembourg). La déclaration de François Asselineau est donc imprécise. En effet, tous critères confondus, l’Islande et la Norvège font partie du top trois des pays en meilleure situation économique mais la Suisse n’arrive qu’en sixième position.

Il semble donc difficile de voir un lien de cause à effet entre leur situation économique et leur appartenance ou non à l’Union européenne. D’ailleurs, concernant la sortie de l’Union européenne de la Grande-Bretagne, le FMI anticipe une baisse de la croissance du pays en 2017. Rien ne garantit donc à un pays qui sort de l’UE que son économie se portera aussi bien que celles de la Norvège, la Suisse ou l’Islande, qui n’en ont jamais fait partie.

Camille Charpentier et Mathilde Delacroix

Les sources à consulter

Pin It on Pinterest

Share This