MARINE LE PEN

« Le logement représente un tiers du budget des ménages »

Marine Le Pen affirme que les ménages dédient plus de 30 % de leur revenu aux dépenses de logement. Une déclaration exagérée puisque ce chiffre concerne uniquement les locataires du secteur privé les plus pauvres. En moyenne, le logement représente 23,6 % du budget des ménages.


LE CONTEXTE

Marine Le Pen était l’invitée du « Grand Jury » avec LCI, RTL et Le Figaro, dimanche 9 avril. Après avoir longuement évoqué l’Europe et sa volonté de renégocier les traités, la présidente du Front national a également parlé d’une de ses propositions : la prime de pouvoir d’achat. « De 80 € par mois, elle sera donnée à ceux qui gagnent moins de 1500 € par mois », a-t-elle détaillé. Une mesure qui, selon Marine Le Pen, réduirait la précarité et permettrait également de faire diminuer le poids « considérable » du logement dans les revenus des Français. « Le logement représente quasiment un tiers du budget des ménages », a affirmé la candidate à l’élection présidentielle.

L’EXPLICATION

Selon le portrait social de la France dressé par l’Insee en 2016, les dépenses de logement s’élèvent à 22 % du PIB, soit près de 469 milliards d’euros. Cette somme comprend les dépenses d’investissements (131,9 milliards) et les dépenses courantes (337,3 milliards) telles que le loyer, l’énergie, l’eau ou encore les charges.

Du côté des ménages, la dépense de logement correspond à 23,6 % de leur consommation totale, et non plus de 30 % comme l’affirme Marine Le Pen. Les Français réservent néanmoins une part de plus en plus importante de leur budget pour les dépenses de logement, puisque celle-ci a augmenté de deux points depuis les années 80.

Par ailleurs, si la part allouée au logement augmente, celles dédiées à l’alimentation et au transport sont en baisse. Le poids de l’alimentation dans le budget des ménages est passé de 15 % en 1985 à moins de 13 % en 2014, et celui des transports de 11,5 % en 1985 à 10 % en 2014, selon l’Insee. Le logement est donc le premier poste de dépenses des ménages en France.

Les propriétaires sont ceux dont la dépense est la plus élevée, avec en moyenne 11 968 euros dépensés par logement et par an, contre 9 305 euros par logement pour les locataires du secteur privé et 7 365 pour les locataires du secteur social, détaille l’Insee.

Si la dépense des ménages en matière de logement représente, en moyenne, 23,6 % de leur budget, une étude de l’Insee, datant de 2012, révèle des inégalités en fonction du statut d’occupation et du niveau de vie des Français. En effet, les propriétaires n’ayant plus de prêts allouaient, en 2010, moins de 10 % de leur budget pour leur logement, contre 27 % pour les propriétaires ayant encore des prêts en cours. De même que les locataires du secteur privé dédiaient, en 2010, 26,7 % de leur budget au logement contre 20 % pour les locataires du secteur social.

Si l’on prend également en compte le niveau de vie, le poids des dépenses de logement est encore plus élevé dans le budget des ménages les plus modestes. Chez les locataires du secteurs privé les plus aisés, le logement représentait moins de 19 % du revenu, alors qu’il représentait 33 % du revenu des locataires du secteur privé les plus modestes.

Marine Le Pen exagère donc en affirmant que « le logement représente quasiment un tiers du budget des ménages ». En réalité, le logement représente en moyenne 23,6 % du budget des Français, mais peut effectivement atteindre jusqu’à un tiers du revenu chez les locataires du secteur privé les plus modestes.

Mathilde Delacroix

Pin It on Pinterest

Share This