CHRISTOPHE CASTANER

«  Certains navires d’ONG étaient (…) en contact téléphonique direct avec des passeurs »

En marge du sommet du G7 des ministres de l’Intérieur à Paris, du 5 avril 2019, Christophe Castaner a tenu des propos qui ont beaucoup fait réagir. En conférence de presse, il a réagi ainsi à la question migratoire. « On a observé, de façon tout à fait documentée, je vous le dis, une réelle collusion à certains moments entre les trafiquants de migrants et certaines ONG« , a-t-il dénoncé. Avant de continuer : « Certains navires d’ONG étaient ainsi en contact téléphonique direct avec des passeurs qui facilitent le départ des migrants depuis les côtes libyennes. » Le ministre de l’Intérieur dit s’appuyer sur des documents légitimant ses accusations de complicité. Selon France Info, il n’y a pour autant actuellement aucune preuve tangible. Christophe Castaner dit cependant s’appuyer sur deux rapports émis par l’agence Frontex. Cette dernière dément pour autant l’existence de documents accablants pour les ONG. Les deux rapports qu’évoque le ministre ne mentionnent, selon France Info que des appels passés aux gardes-côtes italiens par des migrants, et ce sur instruction des passeurs. En 2017 déjà, un procureur italien avait dénoncé des liens directs entre passeurs et ONG, avant d’avouer que ces propos étaient purement suspicieux. Il n’existe donc aucune preuve vérifiant la véracité des déclarations de Christophe Castaner.

Pour lire l’article de France Info, c’est ici :

 

Pin It on Pinterest