EMMANUEL MACRON

« Cette montée des fausses nouvelles est […] utilisée par des puissances qui s’amusent des faiblesses de la démocratie »

Lors de ses voeux à la presse début 2018, pour présenter son projet de loi sur les fake news, Emmanuel Macron avait visé, sans les nommer, les médias russes Sputnik et Russia Today. Il les a accusé d’avoir interféré dans la campagne présidentielle et de générer des fake news à son encontre. Indiscutablement, ces médias ne favorisent pas Macron. Leur ligne éditoriale est très conservatrice. Cependant, aucun cas avéré de fake news sur La République en marche. Ces médias ont parfois relayé des rumeurs ou des propos polémiques. Sputnik a notamment donné la parole à Nicolas Dhuicq, qui a affirmé que le candidat En Marche avait « un riche lobby gay derrière [lui] » et qu’il était « un agent du grand système bancaire américain ».

Pour lire l’article de Checknews de Libération en intégralité, c’est ici :

Pin It on Pinterest