AURÉLIE FILIPPETTI

« [Concernant les ordonnances], comment accepter que le Parlement soit totalement évincé de tous les débats sur la vie quotidienne des Français ? »

Le gouvernement veut aller vite dans les réformes en passant par les ordonnances. Une décision inacceptable pour Aurélie Filippetti qui a exprimé sa colère sur Twitter, le 26 février 2018 : « La démocratie moderne ce n’est pas le passage en force. Comment accepter que le Parlement soit totalement évincé de tous les débats sur la vie quotidienne des Français : le droit du travail, la SNCF qui est l’héritage de chacun d’entre nous ? » L’ancienne ministre de la Culture et députée du Parti socialiste a tort de dire que le Parlement est totalement évincé des débats puisqu’il opère deux contrôles sur les ordonnances. Le premier, a priori, autorise le gouvernement à rédiger l’ordonnance. Le second, a posteriori, vise à ratifier le texte pour qu’il devienne une loi. Comme l’explique Les Surligneurs, « rien n’oblige le Parlement à habiliter le Gouvernement, ni même à ratifier les ordonnances ».

Pour lire l’article des Surligneurs en intégralité, c’est ici :

Pin It on Pinterest