BRUNO RETAILLEAU

« Dans le budget 2018, il y a moins d’argent pour lutter contre l’immigration clandestine »

Le sénateur de Vendée Les Républicains affirme qu’il y a moins d’argent dans le budget 2018 pour lutter contre l’immigration irrégulière. C’est une affirmation vraie quand on regarde en détail les rapports du gouvernement.

LE CONTEXTE

Bruno Retailleau était interrogé au micro de France Inter, jeudi 11 janvier 2018 dans l’émission “L’invité du 7/9”. Concernant le projet de loi du gouvernement sur l’immigration irrégulière, le sénateur LR fustige la politique du président de la République : “Avec Emmanuel Macron, c’est toujours paroles fortes et actes faibles mais je constate que dans le budget de 2018, il y a moins d’argent pour lutter contre l’immigration clandestine”.

L’EXPLICATION

Le budget prévu pour 2018 prévu par le gouvernement l’immigration et l’asile est de 1 068 332 435 € (en autorisations d’engagements, c’est-à-dire la somme dépensée prévue et votée par le Sénat), tandis que celui de 2017 est de 985 059 176. Certes, quand on compare les enveloppes globales pour l’“immigration et asile”, le budget 2018 est plus gonflé que celui de 2017.

Le programme “Immigration et asile” est structuré en quatre actions avec des financements distincts:

  • circulation des étrangers et politique des visas
  • garantie de l’exercice du droit d’asile
  • lutte contre l’immigration irrégulière
  • soutien (services et systèmes d’information)
Budget 2017 (en AE) Budget 2018 (en AE)
Circulation des étrangers et politique des visas 520 000 € 520 000 €
Garantie de l’exercice du droit d’asile 868 670 923 € 935 015 461 €
Lutte contre l’immigration irrégulière 92 517 850 € 82 626 000 €
Soutien 26 850 403 € 33 627 961 €
Total 985 059 176 € 1 069 789 422 €

 

Dans le détail, le budget spécifiquement alloué pour la lutte contre l’immigration irrégulière a bien baissé entre celui de 2017 et celui de 2018. En 2017, 89 017 850 € étaient attribués pour cette mission, contre 82 626 000 € pour 2018. Dans le budget 2018, il y a plus de financement qui a été attribué pour les missions de “garantie de l’exercice du droit d’asile” et de “soutien”. La même somme a été votée pour la “circulation des étrangers et politique des visas”.

Bruno Retailleau a donc raison de dire que dans le budget de 2018, il y a moins d’argent pour lutter contre l’immigration clandestine.

Laura Hubert

Pin It on Pinterest

Share This