Virginie Calmels

« [Emmanuel Macron ne veut] pas expliquer que le problème, c’est l’islamisme radical »

Invitée de la matinale de France Info, le 14 mai 2018, Virginie Calmels, la première vice-présidente des Républicains, a déclaré : « Je suis étonnée, tout simplement, par le fait de ne pas désigner le mal. On met constamment un voile pudique, comme si on ne voulait pas expliquer que le problème, c’est l’islamisme radical. Ce n’est pas la laïcité qui est radicale dans notre pays, c’est l’islamisme. Et il (Emmanuel Macron) ne le désigne pas, il ne le nomme pas, il est étonnamment absent. » Cette affirmation est fausse. En effet, le président de la République, Emmanuel Macron, emploie régulièrement le terme « terroriste islamiste ». Notamment lors de ce discours du 29 août 2017, devant les ambassadeurs, à l’Élysée : « Assurer la sécurité de nos concitoyens, faire de la lutte contre le terrorisme islamiste, la première priorité de notre politique étrangère. Oui je parle d’un terrorisme islamiste et j’assume complètement l’emploi de cet adjectif. Car rien ne serait plus absurde que de nier le lien entre les actes terroristes que nous vivons et une lecture à la fois fondamentaliste et politique d’un certain islam. » Un autre exemple lors de l’hommage rendu au colonel Arnaud Beltrame, tué lors de l’attentat de Trèbes : « Ce ne sont pas seulement les organisations terroristes, les armées de Daech, les imams de haine et de mort que nous combattons. Ce que nous combattons, c’est aussi cet islamisme souterrain qui progresse par les réseaux sociaux, qui accomplit son œuvre de manière invisible. » Au total, Antoine Krempf, journaliste à France Info, a comptabilisé une vingtaine de discours officiels dans lesquels Emmanuel Macron parle de « terrorisme islamiste » ou d’« islam radical ».

Pour lire l’article du « Vrai du Faux » de France Info en intégralité, c’est ici.

Pin It on Pinterest