NICOLE BELLOUBET

« Il n’y a pas eu d’interpellations préventives [pour les manifestations de gilets jaunes] »

Nicole Belloubet, ministre de la Justice, était l’invitée de France Inter le 9 décembre 2018. Interrogée sur le mouvement des gilets jaunes et en particulier sur le déroulé des manifestations de la veille, elle a assuré qu’il n’y avait « pas eu d’interpellations préventives en lien avec les manifestations des gilets jaunes » de la veille. Mais sa déclaration est erronée. Le 22 novembre 2018, via une circulaire, la ministre en personne avait invité les procureurs à émettre des réquisitions pour réaliser des contrôles d’identité, de visite de véhicules et de fouille de bagages en amont des manifestations des « gilets jaunes ». Des recommandations suivies dès le 8 décembre. Ce samedi-là, une bonne partie des 2000 arrestations liées aux manifestations avaient pour origine un contrôle d’identité ou une fouille. Toutes ces mesures étaient justifiées par le fait que les intéressés auraient participé à un groupement en préparation de violences ou de destructions ou dégradations de biens, considéré comme un délit. Les forces de l’ordre avaient alors choisi d’anticiper la menace, en procédant à de nombreux contrôles. Ainsi, le 8 décembre 2018, à 11 heures, 500 interpellations avaient eu lieu, alors qu’aucun incident n’avait été signalé. Le lendemain, à Paris, 284 procédures avaient été classées sans suite, attestant ainsi du caractère préventif des gardes à vue de la veille.

Pour lire l’article complet des Surligneurs, c’est ici :

Pin It on Pinterest