AMÉLIE DE MONTCHALIN

« Il y a aujourd’hui 11 millions de Français dont l’augmentation salariale dépend de la signature d’un ministre »

La coordinatrice du groupe LREM à la commission des finances de l’Assemblée nationale a affirmé que l’augmentation de salaire de 11 millions de Français dépendait de la signature d’un ministre. Toutefois, elle ne précise pas de quelle catégorie de salariés il s’agit.

LE CONTEXTE

Interrogée par Nathalie Raulin, journaliste à Libération, Amélie de Montchalin a expliqué sa position sur la polémique de la revalorisation du Smic au sein du groupe LREM. Dans cette interview parue le 7 janvier 2018, la coordinatrice du groupe LREM a affirmé qu’il était « essentiel que le Smic demeure en tant que salaire plancher » et qu’il fallait réfléchir « aux moyens de faire évoluer les salaires pour qu’ils récompensent vraiment la productivité ». De son point de vue, la question du Smic se pose car « il y a aujourd’hui 11 millions de Français dont l’augmentation salariale dépend directement de la signature d’un ministre ». Mais à quoi correspondent ces 11 millions de Français ?

L’EXPLICATION

Le Salaire minimum de croissance (Smic) est indexé sur l’inflation mesurée pour les 20 % de ménages ayant les revenus les plus faibles. Il est revalorisé chaque année au 1er janvier sur la base de la moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire moyen des ouvriers et des employés. En 2018, il est passé de 9,76€ à 9,88€ brut de l’heure.

Selon le ministère du Travail, au 1er janvier 2017, 1,65 millions de salariés ont été directement concernés par la revalorisation du Smic horaire. Il s’agit des chiffres les plus récents disponibles. Mais un salarié peut être concerné par la revalorisation du Smic sans nécessairement être rémunéré exactement au Smic. Anne Delahaye, cheffe de mission à la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), a expliqué à FactoScope que “les 11 millions de salariés impactés par l’augmentation du Smic dont il est question recouvrent les salariés directement payés au Smic ainsi que les “bas salaires”. Cela concerne donc aussi les salariés qui ont des minima conventionnels (définis par une convention collective, ils correspondent à un salaire minimum à respecter) sont aussi concernés. Les minimas conventionnels se voient en effet réévalués à la suite de chaque augmentation annuelle du Smic.

La rémunération des salariés de la fonction publique dépend également en partie du ministère du Travail. En 2015, on comptait 5,451 millions de personnes travaillant dans les trois versants de la fonction publique : de l’État, hospitalière et territoriale (chiffres les plus récents). Le salaire brut des fonctionnaires est calculé grâce au point d’indice et à l’indice majoré. Le point d’indice est déterminé par le ministère du Travail. Depuis le 1er février 2017, il s’élève à 4,69€. Il n’augmente pas nécessairement chaque année. L’indice majoré, propre à chaque salarié, est défini en fonction de l’échelon, du grade, du cadre d’emploi et de l’ancienneté du salarié. Le montant du salaire du fonctionnaire se calcule en multipliant le point d’indice par l’indice majoré.

De fait, lorsque Amélie de Montchalin mentionne « 11 millions de Français » dans sa réponse à une question sur le Smic, elle fournit une information imprécise. Ce chiffre correspond en effet au nombre de smicards et de salariés avec des minimas conventionnels. Toutefois, comme la coordinatrice du groupe LREM ne précise pas de qui elle parle, cela peut porter à confusion.

Contactée, Amélie de Montchalin n’a pas répondu à nos sollicitations.

Yleanna Robert

Les sources à consulter

  • Dares, “La revalorisation du Smic au 1er janvier 2017”, décembre 2017
  • Le GiFrance, Décret de décembre 2017 sur le relèvement du salaire minimum de croissance
  • Ministère du Travail, “Le salaire : fixation et paiement”, décembre 2017
  • Ministère du Travail, communiqué “Le Smic augmentera de 1,24% au 1er janvier 2018”, décembre 2017

Pin It on Pinterest

Share This