« Il y a un choix de tenir compte de la démographie scolaire, qui se traduit par une diminution des effectifs »

Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’action et des comptes publics, Olivier Dussopt, a justifié, sur France Info, le 17 septembre 2018, la suppression de 1800 postes dans l’Education nationale par une baisse du nombre d’élèves : « Il y a un choix qui est fait de mettre des moyens sur l’Education nationale et de tenir à la fois compte de la démographie scolaire, qui se traduit par une diminution des effectifs notamment dans le secondaire et de réorganiser l’administration. » Cependant, une étude publiée en mars 2018 par la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), montre que le nombre global d’élèves dans le secondaire continuera d’augmenter jusqu’en 2022 au moins. La DEPP précise que « les générations nées entre 2007 et 2011 qui arriveront dans les établissements du second degré entre les rentrées 2018 et 2022 sont plus importantes que celles qui les quitteront ».

Pour lire l’article des « Décodeurs » du Monde en intégralité, c’est ici :

Pin It on Pinterest