GILLES LEBRETON

« La CEDH vient d’accepter que la charia soit appliquée en Europe »

L’affaire Molla Sali a fait du bruit en Grèce et par delà les frontières. Cette femme, dépossédée des trois quarts de son héritage du fait de l’application de la charia dans cette région de Thrace, avait alors interpellé la CEDH, la cour européenne des droits de l’homme. Une situation à laquelle a réagi, via un tweet en date du 28 décembre 2018, Gilles Lebreton, le chef de la délégation du Rassemblement national au Parlement européen : « La Cour européenne des droits de l’Homme vient d’accepter que la loi islamique, la charia, soit appliquée en Europe ! Jusqu’à quand va-t-on supporter ces reniements incessants de nos valeurs ? ». La charia s’applique dans cette région de Grèce depuis les traités de Sèvres (1921) et de Lausanne (1923). L’objectif était de protéger la liberté religieuse des musulmans grecs de toute persécution de la majorité orthodoxe. Le problème jusqu’à l’affaire Molla Sali, est que, pour les musulmans de Thrace, la charia primait alors sur la loi locale. La CEDH a donc décidé de faire de la charia une loi non-obligatoire. La Cour a donc contribué à supprimer un des derniers cas d’application obligatoire de la charia en Europe. Et même si des traditions issues de la charia s’appliquent encore sur le Vieux Continent, il en va de même pour d’autres religions… Et toujours sous réserve de l’ordre public et des règles républicaines.

Pour lire l’article complet des Surligneurs, c’est ici :

-->

Pin It on Pinterest