NICOLAS DUPONT-AIGNAN

« La liste de Debout La France a (…) des alliés issus de 23 autres pays européens »

Nicolas Dupont-Aignan a affirmé que la liste du parti Debout la France pour les élections européennes, dont il est tête de liste, avait des alliés issus de 23 autres pays européens. C’est imprécis. Debout la France a fait une demande pour rejoindre le groupe des Conservateurs et réformistes européens (ECR), mais rien ne sera officialisé avant la publication des résultats, le 26 mai prochain.

LE CONTEXTE

Sur le plateau du Grand Jury, une émission organisée conjointement par RTL, LCI et Le Figaro, diffusée le 21 avril 2019, le président et tête de liste de Debout la France pour les élections européennes, était interrogé sur le programme politique de son parti. Nicolas Dupont-Aignan a alors déclaré : « La liste de Debout La France a un programme pour complètement revoir le fonctionnement de l’Europe. Nous avons négocié avec 23 alliés européens. » Cet argument est souvent repris par l’ancien maire d’Yerres (Essonne) lors de ses interventions médiatiques.

 

L’EXPLICATION

Pour la législature 2014-2019, au Parlement européen, les deux députés élus de Debout la France, Sylvie Goddyn et Bernard Monot, étaient membres du groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe (EFDD). En vue des élections européennes de mai 2019, Debout la France a décidé de se rapprocher d’un autre groupe politique européen : les Conservateurs et réformistes européens (ECR). Ce dernier, fondé en 2009, est le troisième groupe le plus important en termes de députés, avec 77 élus. Pour l’instant, 19 pays différents sont représentés à l’ECR, classé à droite sur l’échiquier politique.

Pour effectuer sa demande de ralliement, Debout la France a organisé une conférence de presse, le 28 février 2019, à Paris, intitulée « Coalition pour une Europe des Nations ». Plusieurs représentants de l’ECR étaient présents lors de cet évènement. Cependant, l’intégration de Debout la France à l’ECR ne sera officialisée qu’après les élections européennes, du 26 mai prochain. En effet, pour intégrer ce groupe, la condition sine qua non est que Debout la France obtienne assez de voix afin d’obtenir des sièges au Parlement européen. Pour cela, la liste du parti doit recueillir au moins 5% des suffrages. Pour l’instant, cette demande n’est qu’une déclaration d’intention. Il est donc un peu prématuré de parler « d’alliés », tant que rien n’est officiel.

Une erreur de calcul

D’autres partis politiques européens ont réalisé une demande pour rejoindre l’ECR : le Nouveau parti conservateur (Lettonie), Parti conservateur populaire (Estonie), Forum pour la Démocratie (Pays-Bas), Parti réformiste d’alternative démocratique (Luxembourg), Laos (Grèce) et SNS (Slovénie). Mais comme dans le cas de Debout la France, ces partis ne rejoindront l’ECR seulement s’ils obtiennent des sièges au Parlement européen. À noter qu’à part le parti français, ces autres formations politiques n’avaient pas de députés élus au Parlement européen pendant la législature 2014-2019.

La phrase de Nicolas Dupont-Aignan comporte une autre inexactitude. En ajoutant ces potentiels nouveaux membres aux actuels, cela porterait le nombre de partis politiques adhérents à l’ECR à 28, issus de 23 pays différents. Il avance en effet avoir des « alliés issus de 23 autres pays différents ». Or, il faut exempter la France. Les partis sont donc issus de 22 autres pays différents.

Le parti explique cette approximation par une simple erreur de calcul. Depuis l’émission, Nicolas Dupont-Aignan et les membres de Debout la France ont bien rectifié ce nombre et parlent désormais de « 22 autres pays ».

 

Capture d’écran du document transmis par Debout la France (p. 1 /2).

Capture d’écran du document transmis par Debout la France (p. 2 /2).

De plus, Debout la France a transmis à FactoScope une infographie qui comporte plusieurs erreurs et fait la confusion entre membres, partis, pays et nationalités. Sur cette dernière, il est fait mention de « 18 membres actuels de l’ECR avec des élus sortants ». En réalité, ce nombre fait référence aux 19 pays différents, non pas 18, dont sont issus les 28 partis politiques de l’ECR. De plus, l’indication « 5 nouveaux alliés euro-réalistes candidats en 2019 » est une information assez floue sous laquelle on trouve la mention de quatre pays et d’un parti.

En réalité, sept partis politiques ont réalisé une demande pour rejoindre l’ECR, dont Debout la France. Sur ces partis, quatre proviennent de pays pas encore représentés à l’ECR (et non pas cinq, comme le dit le document) : Parti conservateur populaire (Estonie), Debout la France (France), Parti réformiste d’alternative démocratique (Luxembourg) et SNS (Slovénie). Les trois autres partis proviennent de pays déjà représentés à l’ECR.

Ewen Renou

Les sources à consulter

-->

Pin It on Pinterest