EMMANUEL MACRON

« [La SNCF sera une entreprise] 100 % publique dans la loi, [avec des titres] incessibles »

Face aux grèves de la SNCF, le président de la République a dû s’expliquer sur le contenu de sa réforme, dimanche 15 avril 2018, lors de sa grande interview pour Médiapart et BFM TV/RMC. Le journaliste, Jean-Jacques Bourdin, demande d’abord à Emmanuel Macron si la SNCF sera une « société anonyme, à capitaux publics ». Le président l’assure : elle sera « 100 % publique, dans la loi ». Jean-Jacques Bourdin pose alors une nouvelle question : « Avec des titres incessibles ? » Ce à quoi Emmanuel Macron répond simplement « incessibles ». Cet échange a interpellé un internaute qui a demandé à CheckNews de vérifier si « Emmanuel Macron [a menti] durant l’interview (…) lorsqu’il a promis que la SNCF serait incessible sachant que sa majorité a rejeté l’amendement du groupe France insoumise qui voulait ajouter le terme “incessible” au projet de loi sur le nouveau pacte ferroviaire ? » Le mot « incessible » ne figure en effet pas dans le projet de loi. Le gouvernement prévoit de transformer la SNCF en société nationale à capitaux publics. Pour la ministre des Transports, Elisabeth Borne, et le président, inutile donc d’ajouter ce terme puisqu’il est précisé que le capital sera intégralement détenu par l’État. C’est pour cette raison que le sous-amendement déposé par La France insoumise, précisant l’incessibilité des capitaux publics, a été rejeté.  

Pour lire l’article de CheckNews, c’est ici :

 

Pin It on Pinterest