BRUNO RETAILLEAU

 

« L’Allemagne a un taux de chômage de moins de 4 % »

 

Bruno Retailleau a affirmé que le taux de chômage de l’Allemagne est inférieur à 4 %. C’est vrai même si d’autres indicateurs parviennent à un autre résultat.


 

Le contexte

Bruno Retailleau était l’invité de « Territoire d’infos » sur LCP, mardi 19 décembre 2017. Le président du groupe Les Républicains au Sénat a réagi après l’élection de Laurent Wauquiez à la tête du parti LR, dimanche 10 décembre 2017, avec près de 75 % des voix. Interrogé sur la ligne politique de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le sénateur a estimé que Laurent Wauquiez « tire, de son expérience, et de la situation de la France, la même conclusion (que moi) : la politique ne se réduit pas à l’économie. Regardez l’Allemagne, qui a un taux de chômage de moins de 4 %, et qui a vu 92 députés d’extrême droite rentrer dans son parlement (le 24 octobre 2017, après les élections législatives). On voit bien que les peuples sont travaillés par autre chose. »

 

L’explication

Selon certains indicateurs de mesure du taux de chômage, celui de l’Allemagne est en effet inférieur à 4 %. C’est ce que relève Eurostat, l’office européen des statistiques de l’Union européenne, qui affirme que 3,6 % de la population active était à la recherche d’un emploi en novembre 2017. L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) parvient au même résultat. Et pourtant, dans plusieurs médias, français ou étrangers, est indiqué le chiffre de 5,4 % pour ce même mois de novembre. C’est le cas, par exemple, du Figaro, citant l’Agence allemande fédérale pour l’emploi.

Comment expliquer cette différence ? Elle se trouve dans la méthode de calcul. Pour calculer ce taux de chômage, Eurostat et l’OCDE se fondent sur la définition du Bureau international du travail (BIT), adoptée en 1982. Pour le BIT, au sein de la population active, les chômeurs sont les personnes âgées de 15 à 74 ans qui « soit ont été à la recherche active d’un travail pendant les quatre semaines précédentes, soit qui ont trouvé un travail à commencer dans les trois mois suivants ». De son côté, à l’instar de Pôle emploi en France, son homologue allemand, Bundesagentur für Arbeit, comptabilise le nombre de demandeurs inscrits auprès de ses services, soit 2 368 400 pour le mois de novembre 2017. En France, les médias utilisent les deux indicateurs. Le BIT pour La Tribune et Les Échos, l’agence fédérale allemande pour l’emploi pour Le Figaro et L’Express, par exemple. Bruno Retailleau a donc raison en affirmant que le taux de chômage en Allemagne est « inférieur à 4 % ».

Alexandre Mazel

 

Les sources à consulter

Pin It on Pinterest

Share This