BENJAMIN GRIVEAUX

« Le français est la deuxième langue la plus parlée de la Silicon Valley »

Invité de France Inter le 3 mai 2018, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, affirme que l’Exit tax, qui frappait les plus-values potentielles d’entrepreneurs souhaitant quitter la France et que veut supprimer Emmanuel Macron, aurait un effet néfaste sur les entrepreneurs français. Ils se seraient rués en masse vers la Silicon Valley. « Vous savez que le français, c’est la deuxième langue la plus parlée de la Silicon Valley ? J’aurais préféré que leurs entreprises, ils les créent en France. » Une intox. Les données du bureau du recensement américain, comme celles des instituts d’étude locaux, sont claires : sur trois millions d’habitants, près d’1,2 million sont nés à l’étranger, mais parmi eux seulement 60 000 Français. Et tous ne travaillent pas, loin de là, dans la Silicon Valley : les Français y occupent 8000 à 10 000 emplois, selon la Commission Européenne, soit 2% du total. Cela correspond au nombre de visas que les États-Unis accordent aux travailleurs très qualifiés, les visas H1B : les français en ont obtenu 28 000 en tout, pour tous les Etats-Unis, ces dix dernières années.Donc non, le Français n’est pas la deuxième langue la plus parlée dans la Silicon Valley. On compte d’ailleurs, en Californie, d’avantages d’entreprises détenues par des Japonais, des Britanniques, des Allemands, et même des Suisses que par des Français.

 

Pour écouter la chronique « le vrai-faux de l’info » en intégralité sur Europe 1, c’est ici :

 

Pin It on Pinterest

Share This