ALEXIS CORBIÈRE

« Les enseignants français du premier degré sont vingt fois moins payés par rapport aux instituteurs allemands »

Invité de la matinale de LCI, lundi 5 février 2018, le député de La France insoumise a dénoncé la précarité dans la fonction publique. Selon lui, les enseignants français du premier degré sont vingt fois moins payés que leurs homologues allemands. Une déclaration fausse qu’Alexis Corbière a lui-même tenté de corriger, tout en restant imprécis.

LE CONTEXTE

En plein débat sur le plan de départs volontaires dans la fonction publique voulue par le gouvernement, Alexis Corbière pointe le mal-être des agents de l’État sur le plateau de la matinale de LCI. Interrogé par Audrey Crespo-Mara, le député de La France insoumise ajoute qu’une telle réforme affaiblit le statut de fonctionnaire. « Il y a déjà de la précarité dans la fonction publique », précise-t-il. « Vous trouvez que la fonction publique marche tellement bien qu’il ne faille rien changer ? », objecte la journaliste. « Il y a beaucoup de souffrance. Au-delà du mérite, payons mieux. Nos enseignants sont vingt fois moins payés dans le premier degré par rapport aux instituteurs allemands », tranche le député.

L’EXPLICATION

Selon l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), « l’enseignement du premier degré regroupe l’enseignement préélémentaire et élémentaire ».

D’après un rapport d’Eurydice, (réseau européen d’information dans le domaine de l’éducation), intitulé « Teachers’ and School Heads’ Salaries and Allowances in Europe » sur l’année 2015-2016, les enseignants français du premier degré sont rémunérés 24 595 euros annuels au début de leur carrière. À titre de comparaison, leurs homologues allemands perçoivent 44 860 euros annuels. Soit un écart de près de 82%.

À la fin de leur carrière, les salaires français atteignent 44 254 euros annuels, alors que les instituteurs allemands ont 59 734 euros annuels. En d’autres termes, les deux salaires diffèrent de 35%.

L’étude précise cependant que le salaire « n’inclut pas les allocations salariales ou autres avantages financiers et ne tient pas compte des impôts et des cotisations de Sécurité sociale, qui varient selon les pays européens ».

Un autre rapport de l’OCDE (organisation de coopération et de développement économique), publié en 2017, comptabilise quant à lui les « primes fixes au titre des heures supplémentaires » dans la rémunération totale des enseignants. À la page 394, il est indiqué qu’en 2015 et au début de leur carrière, les enseignants français sont rémunérés 28 525 dollars annuels, quand le salaire des allemands s’élève à 54 426 dollars (soit 91% de plus). En fin de carrière, l’écart se resserre puisque les Français perçoivent 51 325 dollars, contre 72 473 dollars pour les Allemands (soit un écart de 41%).

En 2016, le précédent gouvernement avait annoncé une hausse des salaires des enseignants français dès le 1e janvier 2017. Selon France Info, « ce plan représente une hausse de 50 euros bruts sur le salaire mensuel des enseignants dès 2017, et une hausse de 100 euros en 2020. » En outre, le 1er septembre 2017, est entré en vigueur le décret du 5 mai de la même année : le document prévoit également une revalorisation des salaires (réforme de l’échelonnement indiciaire).

Cette hausse n’est pas prise en compte dans les chiffres publiés précédemment par l’OCDE et Eurydice.

Interpellé par un internaute quelques heures après son interview sur LCI, le député de la France insoumise a admis son erreur par le biais de son compte Twitter.

Si la différence de salaire entre les deux pays est importante, Alexis Corbière a tort lorsqu’il affirme que les enseignants français du premier degré sont vingt fois moins payés que leurs homologues allemands. Sa tentative de correction, elle, reste imprécise.

Virginie Ziliani

Les sources à consulter

Pin It on Pinterest

Share This