MARINE LE PEN

« L’UE nous interdit de fouiller de manière aléatoire les cellules [de prison] »

La présidente du Front national a souhaité réagir sur Twitter, le 12 janvier 2018, après l’agression de trois surveillants pénitentiaires par un détenu au centre de Vendin-le-Vieil. Elle a affirmé que « les surveillants de cette prison savaient » que le détenu « préparait quelque chose » et que l’Union européenne interdisait les prisons françaises de « fouiller de manière aléatoire les cellules ». C’est faux. L’article D269 du code de procédure pénale autorise les fouilles aléatoires de cellules en l’absence des détenus (pendant les parloirs ou les promenades par exemple). La Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) n’y change rien.

Pour lire l’article des Surligneurs en intégralité, c’est ici :

Pin It on Pinterest