BENJAMIN GRIVEAUX

« L’utilisation d’armes chimiques par les forces de Bachar El-Assad à la Ghouta n’est pas avérée »

A six reprises au moins, le régime de Damas aurait largué des barils de chlore sur des civils depuis le début de l’année. De nombreux témoignages font état de l’utilisation de ce produit considéré comme une arme chimique. Malgré cela, Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, précise que l’intervention de l’Elysée n’a pas été décidée. « ll y a des faisceaux d’indices très concordants laissant penser qu’il y a eu cette utilisation, mais elle n’est pas avérée » a-t-il affirmé. C’est vrai. Bien que l’usage d’armes chimiques soit démontré depuis le début du conflit, aucune preuve formelle n’existe. Le problème majeur est le traçage du chlore, difficile à réaliser parce que celui-ci s’évapore, contrairement au gaz sarin. Pour établir les faits, une enquête indépendante a été lancée sous l’égide de l’ONU. Mais pour l’heure, en raison d’évidentes raisons de sécurité, les enquêteurs n’ont pas prévu de se rendre à la Ghouta.

Pour écouter la chronique du vrai-faux de l’info d’Europe 1 en intégralité c’est ici

Pin It on Pinterest

Share This