SIBETH NDIAYE

« Nous avons été le seul pays européen à organiser un rapatriement de nos compatriotes en provenance de Wuhan »

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a affirmé, lundi 23 mars 2020, que la France avait été le seul pays européen à organiser le rapatriement de ses ressortissants au plus fort de la crise du Covid-19 à Wuhan. Certes, le gouvernement français est le premier à avoir déclenché un rapatriement, mais cela ne s’est pas fait sans l’aide de l’Union européenne.

LE CONTEXTE

Invitée de la matinale de Gérard Leclerc, lundi 23 mars 2020, sur CNews, Sibeth Ndiaye était interrogée sur un « retard à l’allumage » ou une « imprévoyance » du gouvernement face l’épidémie de Covid-19 s’abattant en Chine puis en Europe. La porte-parole du gouvernement a répondu que « (la France a) été le seul pays européen à organiser un rapatriement de (ses) compatriotes en provenance de Wuhan ». Avant d’ajouter : « On ne peut pas dire qu’il y a eu un défaut d’anticipation de cette crise, bien au contraire. »

L’EXPLICATION

Pour le savoir, il est utile de revenir au début de la crise en Chine, c’est-à-dire à janvier 2020 (date de reconnaissance officielle de l’épidémie par les autorités chinoises). Alors, dans la ville de Wuhan, capitale de la province de Hubei, les malades de ce nouveau coronavirus se multiplient. Le 22 janvier, la ville est placée en quarantaine. Avant le bouclage total de la ville, cinq millions de personnes ont fui aux quatre coins du pays et à l’étranger. L’Europe prend doucement le pouls des événements à venir, sans trop les craindre non plus. Pourtant, les trois premiers cas sont confirmés en France dès le 24 janvier, comme l’indiquait dès le lendemain le ministère de la Santé.

C’est en effet à ce moment que la France s’inquiète de ses expatriés présents à Wuhan. Fin janvier, elle décide le rapatriement de ressortissants français et européens. Ainsi, le 31 janvier, un premier avion part à Wuhan et ramène 180 Français, explique un communiqué de presse de l’ambassade de France à Londres daté du 3 février 2020 (en anglais). Ce dernier informe également que, le 2 février, un Airbus A380 part de Wuhan avec 291 passagers de 30 nationalités différentes et atterrit à Istres, en France. Plus de la moitié sont des ressortissants européens. 

Mais la France n’est pas pour autant « le seul pays européen » à avoir organiser un rapatriement de ses ressortissants, comme l’a affirmé Sibeth Ndiaye. C’est en réalité plus compliqué que cela. 

L’Union européenne appelée à l’aide

Selon un communiqué de presse de la Commission européenne daté du 28 janvier 2020, une demande d’assistance a été demandée par la France à l’Union européenne (UE). Cela a donné lieu à l’activation du mécanisme de protection civile (MPC) de l’UE. Créé en 2001, ce dispositif exceptionnel permet une intervention d’urgence commune entre les États membres face aux catastrophes naturelles et aux crises humanitaires ou sanitaires. La Commission européenne précise, sur son site, l’objectif premier du MPC : « Grâce à ce mécanisme, la Commission européenne joue un rôle essentiel dans la coordination de la réaction aux catastrophes en Europe et au-delà, et prend en charge au moins 75 % des coûts liés au transport et/ou aux opérations de déploiement ». Cela a permis le cofinancement des frais de transport des avions. La France, en concours avec l’Allemagne, avait déjà eu recours au MPC lors de l’épidémie d’Ebola en Afrique pour demander la création d’une réserve sanitaire d’urgence. 

Certes, c’est la France qui a fait appel la première au centre de crise de l’Union européenne à Bruxelles afin d’activer le mécanisme de protection civile et de rapatrier ses ressortissants. Mais elle est surtout le seul pays de l’Union européenne (depuis le Brexit) à avoir un consulat à Wuhan, ce qui facilite les échanges aussi bien administratifs que diplomatiques. Ce qui fait, aussi, que la France s’est placée en position d’entremetteuse entre la Chine et l’Union européenne.

Difficile de dire, donc, que la France a été le seul pays européen à avoir organisé le rapatriement de ses concitoyens lorsque cela a été fait avec l’appui logistique et financier de l’Union européenne. De même, ces rapatriements ont bénéficié aussi bien aux Français qu’aux ressortissants de nombreux autres États membres. À l’évidence, le gouvernement français n’a pas été le seul acteur dans cette opération, et cela aurait été bon de le préciser. Les propos de Sibeth Ndiaye sont donc imprécis.

Dorian Le Jeune

LES SOURCES À CONSULTER

  • Solidarites-sante.gouv.fr : Annonce de trois cas d’infection par le coronavirus (2019-nCoV) en France, 25 janvier 2020.
  • Uk.ambafrance.org : Communiqué de presse concernant les rapatriements des 31 janvier et 3 février 2020.
  • Ue.delegfrance.org : Communiqué de presse informant de l’activation du mécanisme de protection civile de l’UE.
  • Ec.europa.eu : Détail du mécanisme de protection civile (MPC).
  • Senat.fr : Proposition de résolution européenne du Sénat évoquant less précédents usages du MPC.
  • Ambassades.net : Liste des consulats et ambassades dans le monde.
  • Francetvinfo.fr : « Wuhan : 5 millions d’habitants ont quitté la ville »

Pin It on Pinterest