EDOUARD PHILIPPE

« Nous avons mis en place le système [de chômage partiel] le plus généreux d’Europe »

À ce jour, en pleine pandémie du coronavirus, un tiers de la population mondiale est confinée. Selon le Premier ministre Edouard Philippe, les mesures économiques françaises en faveur des salariés prises suite au confinement sont les plus généreuses d’Europe. Ses propos datant du 23 mars 2020 sont vrais : parmi les huit pays confinés européens, la France a opté pour le système le moins contraignants pour les salariés, en leur versant au moins 84% de leur salaire habituel.

LE CONTEXTE

Après une semaine de confinement suite à la crise sanitaire du Covid-19, le Premier ministre Edouard Philippe était en direct sur le JT de 20h de TF1 le lundi 23 mars 2020. Depuis son bureau, il a annoncé un durcissement des conditions du confinement national, tout en justifiant les mesures prises jusqu’alors par le gouvernement. Face à Gilles Bouleau, il précise : « Nous avons mis en place le système [de chômage partiel] le plus généreux d’Europe. »

L’EXPLICATION

En Europe, huit populations sont actuellement invitées à rester confinées. Dans chaque pays, des mesures ont été prises pour prévenir une crise économique importante et permettre aux salariés de ne pas perdre leur travail.

En France, le gouvernement a fait le choix du chômage partiel. C’est initialement un « dispositif d’aide aux entreprises qui font face à des difficultés économiques ». Il permet aux salariés de recevoir de la part de leur employeur une indemnité visant à compenser la perte de rémunération. Le 12 mars 2020, un « mécanisme exceptionnel et massif de chômage partiel avec prise en charge par l’État » a été mis en place. Suite à la situation actuelle, le recours à l’activité partielle a été facilité le 23 mars 2020 « pour toutes les entreprises ». Concrètement, le salarié se voit verser une indemnité égale à 70% de son salaire brut (soit 84% de son salaire net). Les personnes touchant le SMIC ou moins (1 521,22€ en France) sont quant à elle indemnisées à 100%.

Chez nos voisins, des choix différents ont été faits. Les pays contraints à prendre des mesures économiques suite à un confinement sont l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Grèce, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni.

  • En Allemagne

Une « indemnité de chômage partiel » peut être accordée ainsi qu’une allocation de chômage. Elles sont versées au même taux. L’indemnité s’élève à 67% ou 60% de différence entre la rémunération forfaitaire nette qui aurait été versée sans perte d’heures de travail et la rémunération forfaitaire nette de la rémunération effectivement perçue.

  • En Autriche

Le pays a exceptionnellement mis en place un « chômage partiel Covid-19 ». Il concerne les personnes ayant perdues entre 10% et 90% de leurs heures normales de travail. En fonction du salaire brut avant le chômage partiel, l’employeur se doit de verser aux employés un salaire réduit. Pour les salaires bruts jusqu’à 1700€, l’indemnité s’élève à 90% du salaire net. Les salariés gagnant habituellement jusqu’à 2685€ bruts, recevront 85% de leur salaire net. Enfin, pour les salaires bruts jusqu’à 5370€, le chômage partiel Covid-19 prévoit une compensation de 80% du salaire net.

  • En Belgique

Depuis le 13 mars 2020, le pays a opté pour l’aménagement du chômage temporaire. En période d’épidémie du Coronavirus, il peut être intégralement considéré comme du chômage temporaire pour force majeur, augmentant ainsi l’indemnité touchée par le salarié. L’allocation s’élève habituellement à un montant équivalant à 65% de la rémunération moyenne du bénéficiaire. En cette période, et jusqu’au 30 juin 2020, le pourcentage est augmenté à 70%.

  • En Grèce

De l’autre côté de l’Europe, la Grèce permet des allocations spéciales de maladie « pour ceux qui doivent s’absenter du travail pour protéger leur santé et ne pas la détériorer ». Il est précisé que « pour les 1 000 € du salaire des parents, une allocation de « congé spécial » sera versée à 60% du salaire et pour les 1 000 € suivants de son salaire, une allocation de 40% sera versée. » Cette mesure reste en vigueur jusqu’au 30 avril 2020.

  • En Espagne

Extrêmement touchée par le Covid-19, l’Espagne a favorisé à la simplification du recours au chômage technique (« ERTE »). Côté entreprises, la prise en charge rétroactive à la date de cessation des salaires et des cotisations sociales est de 100% pour les entreprises de moins de 50 travailleurs. Elle s’élève à 75% pour les entreprises de plus de 50 salariés.

  • En Italie

Dans l’épicentre européen de l’épidémie, le gouvernement également pris des mesures inédites. Il verse ainsi une contribution unique de 600€ au mois de mars pour les indépendants. Les congés parentaux équivalent à 50% du salaire pour les parents d’enfants de moins de 12 ans. L’allocation de chômage mensuelle est aussi une mesure aidant les Italiens. Les salariés ayant un revenu total d’un montant de 40 000 euros maximum ont également droit à une prime pour le mois de mars 2020 égale à 100 euros à rapporter au nombre de jours de travail effectué sur son lieu de travail au cours du mois précité. 

  • Au Royaume-Uni

Les travailleurs restant confinés, comme demandé par le gouvernement, et ne pouvant pas travailler ont le droit de demander le « Statutory sick pay (SSP) », un arrêt maladie, même s’ils ne sont pas eux-mêmes malades. À partir du 6 avril, le gouvernement augmente cette indemnité de £20 par semaine pour un an. Un passage de £317,82 à £409,89 par mois.

Au final, il n’existe qu’un seul cas où un pays est plus généreux que la France. Lorsqu’un travailleur gagne entre 1521 et 2685 euros bruts, l’Autriche apporte une compensation plus importante que l’Hexagone. Il est tout de même possible de déclarer que le système français est, dans son ensemble, le plus généreux d’Europe. Les propos d’Edouard Philippe sont par conséquent vrais.

 

Juliette Moreau Alvarez

Les sources à consulter

Pin It on Pinterest