Fiche réalisée par Aliénor Carrière (@Alienor_Carr)

 

Du "Horsegate" à la bactérie Escherichia Coli, en passant par les œufs à la dioxine, le point sur les scandales alimentaires marquants de ces dernières années.

 

Le "Horsegate"

Mi-janvier 2012 : Les Irlandais découvrent la présence de viande chevaline dans la viande hachée produite au Royaume-Uni et en Irlande, et écoulée dans les deux pays (sous forme de steaks hachés Tesco, Lidl, Burger King …). L’agence de sécurité alimentaire britannique découvre ensuite de la viande de cheval dans les lasagnes au bœuf de la marque Findus.

La raison évoquée est claire : la viande de cheval est bien moins chère que la viande de bœuf.

Pourquoi est-ce si grave au Royaume-Uni ? C’est une question culturelle : la viande équine n'est pas disponible dans le commerce et fort peu goûtée des Britanniques, contrairement à la France ou la Suisse, où elle est réputée et assez largement consommée.

Début février 2012 : Findus est officiellement mis en cause. On découvre que les lasagnes sont fabriquées au Luxembourg (par Comigel) pour Findus et Aldi. Comigel se fournit auprès de la société française Spanghero.

Mi-février 2012 : Les contrôles sont coordonnés par l’UE. Jusqu'à Hong-Hong, les lasagnes sont retirées de la vente et données à des associations caritatives. Après la réunion, l’UE annonce trois mois de tests ADN sur la viande transformée en circulation afin de vérifier l’absence effective de phénylbutazone, un antidouleur.

 

Acteurs et circuit des plats cuisinés frauduleux : 

 

L’enquête : qui est coupable dans cette affaire ?

L'enquête diligentée par la DGCRF (Direction générale de la consommation et de la répression des fraudes), appuyée par les ministres de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, et le ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon, montre qu'en quittant la Roumanie, la viande était correctement étiquetée comme du cheval. Elle a été achetée par Draap Trading Ltd, une société néerlandaise qui l'a fait transiter par Chypre. La société est détenue par une holding domiciliée dans les îles Vierges britanniques, dont Jan Fasen est le directeur.

Draap l'a revendue congelée à Spanghero, qui l'a envoyée à Comigel, dont l'usine de fabrication de plats cuisinés Tavola a ensuite fourni Findus et ALDI. Spanghero a été alors identifié comme responsable d'une "tromperie économique", selon Benoît Hamon. Contrairement à ce que l'industriel affirmait, la société française savait que la viande qu'elle fournissait était du cheval. La preuve est donnée par un numéro, identifiant la viande comme du cheval sur le bon de commande. Le président de Spaghero, Barthélémy Aguerre, a affirmé ne pas connaître le sens de ce code et ignorer la présence de viande chevaline dans la viande acheminée. L'agrément sanitaire de Spanghero a été suspendu immédiatement après cette révélation, mettant provisoirement ses 300 salariés en arrêt de travail.

L’enquête montre que Comigel, qui a fabriqué les fameuses lasagnes, a été berné. Mais n’ayant pas mené de contrôle sur la viande, l’entreprise semble avoir été preuve de négligence. L’étiquette n’était pas assez précise et indiquait une "viande origine UE" alors que l’origine géographique précise et le lieu de l’élevage et abattage y devaient être inscrits.

 

Ce que ce scandale met en lumière

Il y a un problème de transparence et de traçabilité de la viande transformée en Europe. Ce circuit compliqué traverse l’UE sans diffuser d'informations claires et objectives permettant la protection du consommateur.

Il n’y a, a priori, pas de risques sanitaires pour le consommateur. Toutefois, la Roumanie est l'un des foyers de la maladie parasitaire trichinose, et la fraude sur la traçabilité rend difficile la connaissance des conditions de santé et d'élevage des chevaux. De plus, un risque d’allergies est toujours possible et difficile à prévenir.

 

Quel avenir chez Spanghero ?

Mi avril 2012 : le tribunal de commerce de Carcassonne avait placé l'entreprise en liquidation judiciaire avec poursuite d'activité pour trois  mois.

Fin mai 2012 : Suppression des 240 emplois de la société. Mais l'administrateur judiciaire (Christian Caviglioli) garde la porte ouverte à une reprise partielle du personnel. Jusqu’au 5 juillet pour trouver un repreneur à une partie de l'activité.

 

 

Autres scandales alimentaires

 

Ikea

Le 25 février 2013, Ikea informe du retrait de boulettes de viande dans 14 pays européens et en Asie suite à l'annonce de découverte de viande chevaline par un laboratoire tchèque.

Autre découverte "sympathique", Ikea annonce avoir repéré des traces de matières fécales dans ses tartelettes au chocolat.

 

Mouton VSM retrouvé chez… Spanghero
 

A la suite de la découverte de 57 tonnes de mouton sous forme de “viande séparée mécaniquement” (VSM) importée de Grande-Bretagne et pourtant interdite sur le sol français, Spanghero doit encore faire face à la justice française en mars 2013.

Après la crise de la vache folle, la préparation VSM (réalisée à base de morceaux de carcasse et des déchets de viande) a été interdite en 2001 (sauf au Royaume-Uni) après qu’on y ait décelé des prions, entraînant la maladie de Creutzfeldt-Jakob dans certains échantillons. Comme dans l’affaire de la viande de cheval, la société de Castelnaudary affirme avoir été trompée et reporte notamment la faute sur Draap Trading, la société du trader néerlandais Jan Fasen, déjà suspecté lors du “horsegate”.

 

Phénylbutazone : carcasses britanniques retrouvées en France

Cet anti-inflammatoire non stéroïdien (utilisé pour calmer la douleur chez les chevaux) a été retrouvé dans des carcasses de chevaux britanniques exportés vers la France. L'alerte britannique étant intervenue trop tard, ces carcasses arrivées en janvier "avaient été transformées", donc consommées probablement par des Français.

La phénylbutazone est un produit dangereux, interdit dans toute viande destinée à la consommation humaine.

 

La dioxine

Après l’affaire du fromage infesté de listeria, des œufs contaminés à la dioxine ont été en circulation en Allemagne, exportés des Pays-Bas. La dioxine est un résidu de combustions, industrielle ou naturelle, classée comme substance cancérigène par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Son absorption en petite quantité n'est pas immédiatement dangereuse, mais le corps humain l'élimine difficilement.

Déjà en 2010 et en 2011, les œufs puis la viande de porc, contaminés à la dioxine avaient fait scandale.

En Italie, c’est la mozzarella qui était touchée : en 2008 le scandale de la dioxine se propage autour du fromage de bufflonne. En cause, les poubelles qui asphyxient la région de Naples où est fabriquée la mozzarella. Elles ont contaminé l'environnement où paissent les bufflonnes dont le lait est bourré de dioxine.

 

La vache folle

Symbole majeur de la crise sanitaire des années 1990, le scandale de la vache folle concernait des bovins, nourris aux farines animales. Ces vaches ont développé par la suite une encéphalopathie spongiforme, qui atteint le système nerveux. On a ensuite découvert que cette maladie était transmissible à l'homme via la consommation de viande. Depuis cette crise, les farines animales sont interdites et des systèmes de traçabilité sont mis en place.

 

En Chine, du lait maternisé à la mélamine

Ce produit chimique, utilisé dans la fabrication de colles et de plastiques, est retrouvé dans du lait en poudre, en 2008. Des centaines d'enfants tombent malades et quatre en meurent.

 

Les biberons au bisphénol A

Fin 2012, l’interdiction du bisphénol A dans les contenants alimentaires est prononcée. Ce composant chimique, dont des études ont montré le caractère cancérigène et neurotoxique, disparaîtra dès 2013 des produits pour bébés (biberons, tétines, etc.) puis en 2015 des autres contenants.

 

Le grand retour de la bactérie Escherichia Coli

Les graines germées allemandes : les autorités allemandes ont déclaré que les graines germées sont la cause la plus probable de l'épidémie mortelle provoquée par la bactérie Escherichia Coli au printemps 2011. Une trentaine de personnes sont décédées, principalement en Allemagne. Le concombre a longtemps été incriminé à tort, causant un important manque à gagner pour les agriculteurs.

Le steak haché, nouvelle version de la bactérie e-coli : en 2013, 7 enfants âgés de 20 mois à 8 ans sont hospitalisés à Lille après avoir été victimes de diarrhées sanglantes, provoquées par la désormais fameuse bactérie e-coli.

 

Fiche réalisée par Aliénor Carrière (@Alienor_Carr)

-->

Pin It on Pinterest

Share This