Le 3 janvier a commencé dans l’Iowa le marathon des primaires du Parti républicain dans tous les Etats américains pour désigner le futur adversaire de Barack Obama le 6 novembre 2012, lors de la prochaine élection présidentielle des Etats-Unis.

La course aux délégués (super délégués non inclus) :

Sommaire :

     1. Le principe : réunir 1 144 délégués

     2. Les différents modes de scrutin

     3. Les candidats

     4. Les résultats, Etat par Etat

     5. Pour en savoir plus

 

1. Le principe : réunir 1 144 délégués

Le vainqueur doit réunir au minimum 1 144 délégués sur le total de 2 286 pour être officiellement désigné lors de la convention nationale du Parti républicain, fin août en Floride. Ces délégués proviennent très majoritairement des scrutins dans chaque Etat (voir ci-dessous). Mais il existe également des “super délégués”, qui sont des responsables du parti : au nombre de 126 chez les républicains (voir la liste), ils peuvent choisir le candidat de leur choix lors de la convention.


2. Les différents modes de scrutin

Les modes de scrutin varient selon les Etats et selon les partis : il peut s’agir d’un caucus, d’une primaire fermée, d’une primaire ouverte ou d’une primaire ouverte modifiée.

Le caucus : réservé aux seuls militants du parti, il voit l’organisation d’un débat puis d’un vote (à bulletin secret ou à main levée) dans chaque bureau de vote de l’Etat. Des délégués désignés se réunissent ensuite par comtés et désignent de nouveaux délégués qui se réunissent ensuite au niveau de l’Etat pour voter la répartition des délégués de la primaire entre les candidats.

La primaire fermée : il s’agit d’un scrutin classique réservé aux seuls électeurs qui se sont signalés comme républicains sur les listes électorales.

La primaire ouverte : il s’agit d’un scrutin classique auquel les électeurs démocrates peuvent également participer.

La primaire ouverte modifiée : il s’agit d’un scrutin classique où les membres déclarés du parti sont obligés de voter. Les indépendants (non affiliés à un parti sur les listes électorales) peuvent voter mais ils sont, dans ce cas, automatiquement inscrits dans le parti.


3. Les candidats

Mitt Romney, en décembre 2011 (Gage Skidmore/Flickr/CC)Mitt Romney, 65 ans : ancien gouverneur du Massachusetts entre 2003 et 2007, il est issu d’une famille de politiciens, son père, gouverneur du Michigan, ayant tenté d’obtenir l’investiture républicaine en 1968 (défaite contre Richard Nixon). Mitt Romney a lui aussi déjà échoué, en 2008 contre John McCain. Diplômé de Harvard, il a fait fortune (estimée à 250 millions de dollars) à la tête d’un fonds d’investissement. Mitt Romney est décrit comme un modéré (il défendait notamment le droit à l’avortement et au mariage homosexuel dans le Massachusetts). Pendant la campagne, il a notamment été attaqué sur sa richesse et sur… sa proximité avec la France, où il a passé plusieurs années en tant que missionnaire mormon à la fin des années 1960.

Rick Santorum, en octobre 2011 (Gage Skidmore/Flickr/CC)Rick Santorum, 53 ans : ancien sénateur de Pennsylvanie de 1995 à 2007 après en avoir été représentant (1991-1995), il est décrit comme ultraconservateur. Catholique pratiquant (la séparation de l’Eglise et de l’Etat le “fait vomir”), Rick Santorum est farouchement contre l’avortement et le mariage homosexuel, qu’il a rapproché de la pédophilie et de la zoophilie dans un entretien en 2003. Cela lui a valu une campagne sur Internet pour définir un néologisme à connotation sexuelle de son nom. Pendant la campagne des primaires, un portrait de Rick Santorum fait de milliers d’images pornographiques a circulé pour dénoncer ses positions sur l’homosexualité.

 

Newt Gingrich, en juin 2011 (Gage Skidmore/Flickr/CC)Newt Gingrich, 68 ans : représentant de Géorgie entre 1979 et 1999, il a été président de la Chambre des représentants entre 1995 et 1999. Il est alors le fer de lance de l’opposition à Bill Clinton après la “révolution républicaine” (première majorité des républicains à la Chambre des représentants depuis quarante ans), ce qu’il lui vaut d’être désigné “homme de l’année” par le magazine Time en 1995. Il devra démissionner du Congrès au début de l’année 1999 à la suite d’une affaire de revenus non déclarés. Newt Gingrich est décrit comme très conservateur et utilise régulièrement un discours anti-”élites de New York et Washington”. Il a notamment déclenché une polémique le 10 décembre 2011 en évoquant l’”invention du peuple palestinien” .

 

Ron Paul, en février 2011 (Gage Skidmore/Flickr/CC)Ron Paul, 76 ans : représentant du Texas de 1976 à 1985 puis depuis 1997, il a déjà été candidat à l’investiture républicaine en 2008 (défaite face à John McCain) après avoir été candidat du Parti libertarien à l’élection présidentielle en 1988. Parfois surnommé “Doctor No” en raison de ses votes fréquents contre des lois au Congrès, il prône un interventionnisme minimal de l’Etat, avec notamment l’abolition de la Réserve fédérale, la suppression de l’impôt sur le revenu (le moins de taxes possibles de manière générale)… et la légalisation de l’héroïne.

 

Les résultats, Etat par Etat :

 

Pour en savoir plus :

 

Vous souhaitez ajouter une information, signaler un lien intéressant, soumettre un thème ou rédiger vous-mêmes une nouvelle fiche d’actu ? N’hésitez pas à commenter cet article ou envoyer un mail à contact[at]verso-recto.fr.

-->

Pin It on Pinterest

Share This